Réprimés pour avoir entrepris de nettoyer un des lieux insalubres de Kinshasa. Communiqué de presse nº Lucha/03016

 

Kinshasa

Des Luchéens en train de curer un caniveau près du rond-point Victoire ce matin à Kinshasa.

Kinshasa, le 8 octobre 2016 – La police a violemment dispersé des militants de la Lucha qui participaient lors d’une activité de salubrité publique (Salongo) ce matin à Kinshasa. Un militant a été grièvement blessé à la cuisse et au ventre par l’éclat d’une bombe lacrymogène lancée par des policiers en furie. Le blessé a été pris en charge, et sa vie n’est heureusement pas en danger. Plusieurs autres militants et des habitants du quartier venus s’associer à cette activité civique s’en sont sortis avec des égratignures et des douleurs causées par le gaz lacrymogène.

L’activité de ce samedi matin s’inscrivait dans le cadre du « Salongo » (travail bénévole et d’intérêt général), une culture civique que notre mouvement citoyen a entrepris de restaurer depuis 2015. Il s’agit pour tous les citoyens de consacrer quelques heures par semaine à des travaux manuels d’intérêt public, comme par exemple le nettoyage des rues et d’autres places publiques, le curage des canalisations des eaux des pluies, etc. Non seulement l’activité permet aux citoyens de contribuer au bien être général, d’aider les pouvoirs publics dans l’accomplissement de leur mission de salubrité publique, mais elle permet également aux gens dans les villages et les quartiers de se côtoyer, de se parler, de résoudre ensemble leurs problèmes immédiats avec les moyens du bord.
Dans certaines villes comme Goma, les autorités se sont carrément appropriées cette activité et ont décrété que chaque samedi de 6h00 à 10h00 les activités commerciales sont fermées afin de permettre aux habitants de faire le « Salongo ». Il en est de même pour la ville de Kinshasa où le gouverneur de province recommande le même programme chaque samedi.

 

La Lucha discute avec la police venue interdire le Salongo

Des Lucheens discutent avec la police venue interdire le Salongo

Comme dans plusieurs villes du pays, ce samedi matin, les militants de la Lucha s’étaient mobilisés avec d’autres citoyens pour faire le Salongo afin aussi de répondre à l’appel de l’autorité. À Kinshasa nous étions donc réunis au rond-point Victoire, dans la commune de Kalamu, l’un des endroits les plus insalubres de la capitale, afin de nettoyer la Place des Artistes ainsi que les rues et caniveaux environnants. Vers 9h15 la police est intervenue pour nous interdire de poursuivre le nettoyage de cet endroit, car, d’après elle, c’est une tâche qui incombe aux autorités municipales et urbaines. Les militants sont alors allés voir le bourgmestre de la commune pour protester contre cette attitude et lui demander si c’était lui qui avait réellement ordonné à ces policiers d’interdire un travail de salubrité publique. Ne l’ayant pas trouvé, les militants ont rapidement nettoyé l’enclos tout aussi insalubre de la commune avant de retourner sur la Place des Artistes pour poursuivre le travail en attendant l’arrivée du bourgmestre. Mais au moment de leur arrivée sur les lieux, les policiers qui avaient entre-temps renforcé leurs effectifs ont délibérément tiré des bombes lacrymogènes sur ces militants afin de les disperser.

La Lucha dénonce et condamne avec la dernière énergie cette répression injustifiable d’une activité purement civique et d’intérêt général. La Lucha demande au gouverneur de la ville de Kinshasa et au commandant de la police de condamner publiquement ces incidents, d’identifier et sanctionner sévèrement les responsables, et de s’assurer qu’à l’avenir cela ne se répète jamais.

Nettoyer un endroit insalubre n’est pas seulement suppléer à la carence des autorités, il en va aussi de notre propre santé en tant que citoyens. Faut-il encore être « sous l’impulsion ou sous le patronage de… », pour veiller à notre bien être et à celui de nos concitoyens?

capture-decran-2016-10-09-a-00-57-03

Les immondices en cours d’évacuation Place des Artistes, commune de Kalamu, à Kinshasa à ce matin. 

Plutôt que de nous réprimer, les autorités devraient encourager et promouvoir le Salongo, doter les brigades de jeunes dans les villes et les villages d’outils afin de rendre optimale leur contribution.

La Lucha va poursuivre et intensifier le « Salongo » et demande aux congolais de s’impliquer massivement. Le changement commence par l’implication de tous, localement, chacun comme il le peut.

Fait à Kinshasa, le 8 octobre 2016

Pour la Lucha,
La Cellule de Communication.

Pour tout contact :
Tel. +243 97 42 33 390
Email: lucha.rdc@gmail.com / info@luchacongo.org
Skype: lucha.rdc
Suivez-nous sur ( Facebook de luchaRDC ( cliquez ICI) ),  ( Twitter de LuchaRDC ( Cliquez ICI )  ) , et sur nos chaînes (  Youtube de luchaRDC Cliquez ICI )  et SoundCloud.

N.B. A Goma, Bunia, Kisangani, Beni et ailleurs, le Salongo d’aujourd’hui s’est déroulé sans incident.

One Response to Réprimés pour avoir entrepris de nettoyer un des lieux insalubres de Kinshasa. Communiqué de presse nº Lucha/03016

  1. mumbere 2016-10-14 at 22:26 #

    jean marie à Goma, Moi Je Suis Derrière Vous, Il Faut Faire Une Sensibilisation Porte a porte

Laisser un commentaire