R.D.Congo: Alerte sur l’imminence d’un coup d’Etat constitutionnel.  Déclaration nº Lucha/03416.

 

GOMA, le 15 octobre 2016 – Le mouvement citoyen Lutte pour le Changement (Lucha) alerte les congolais et les amis du Congo sur l’imminence d’un coup d’Etat constitutionnel aux conséquences graves, sous couvert d’un pseudo « accord politique » sans aucun fondement légal et sans aucune légitimité.

En effet, la Facilitation, la « majorité présidentielle » et l’ « opposition » participant au prétendu « dialogue politique » en cours depuis le 1er septembre à la cité de l’OUA ont annoncé ce weekend à travers les médias qu’ils étaient parvenus à un compromis qui permettrait notamment :
– Le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila au-delà de son second et dernier mandat constitutionnel le 19 décembre 2016;
– La tenue hypothétique des élections présidentielle, législatives et provinciales en avril 2018;
– Le partage de pouvoir entre les participants à ce « dialogue », y compris avec l’octroi du poste de Premier ministre à une certaine opposition.

Une « plénière » censée clôturer ce dialogue à huis-clos, avec à la clé pareil accord, ppourrait avoir lieu ce lundi 17 octobre à Kinshasa.

La Lucha dénonce ce hold-up constitutionnel qui se trame, et met sévèrement en garde ses auteurs et leurs complices. Ils seront seuls liés par leur accord et devront assumer l’entière responsabilité du chaos qu’ils cherchent à tout prix à créer, en ignorant obstinément les nombreux avertissements de notre Peuple contre toute atteinte au Pacte républicain consacré par la constitution du 18 février 2006, et contre toute tentative pour le président Joseph Kabila de rester au pouvoir au-delà du 19 décembre 2016.

La Lucha met particulièrement en garde la « communauté internationale », y compris l’Union africaine, l’Organisation des Nations-Unies, et l’Organisation internationale de la Francophonie, contre toute caution directe ou implicite à ce qui se trame à la cité de l’OUA, et appelle les vrais amis du Peuple congolais à dénoncer publiquement tout arrangement politicien qui violerait non seulement la constitution de la RDC, mais également la résolution 2277 du Conseil de sécurité de l’ONU.

La Lucha rappelle au Facilitateur Edem Kodjo les termes et le fondement juridique de son mandat, et l’enjoint de se garder de s’en écarter. Nous le prévenons personnellement, ainsi que l’Union africaine qui l’a mandaté : un accord dans le sens annoncé dans les médias serait ni plus ou moins une provocation et une incitation à la révolte vis-à-vis de notre Peuple. Le but d’un dialogue politique était de résorber l’impasse politique, hélas il est en passe de l’aggraver, voire de précipiter le chaos tant redouté.

La Lucha saisit l’occasion pour rappeler les juges de la Cour constitutionnelle au sens élevé de responsabilité, et à la mesure de la gravité de leur décision pour la Nation, pour eux mêmes et pour leur descendance, lorsqu’ils auront à prononcer sur la requête tendancieuse de la CENI au sujet de l’élection présidentielle dont la non-convocation le 19 septembre dernier a constitué une violation grave de la constitution dont ils sont légalement les gardiens.

Des centaines de congolais sont morts, notamment en janvier 2015 et en septembre 2016, en défendant la constitution; en défendant la liberté et la dignité de notre peuple. Combien de morts et de destructions la classe politique congolaise veut-elle encore provoquer au nom de ses intérêts égoïstes et de sa boulimie du pouvoir ? La « communauté internationale » dira-t-elle qu’elle n’a rien vu venir ? Le temps d’empêcher la RDC de sombrer dans le chaos c’est maintenant ou jamais !

Sur la foi de l’article 64 de la constitution, qui fait de la résistance à l’imposture politique un droit et un devoir sacrés pour tout congolais, la Lucha appelle les citoyens à se mobiliser partout et à résister par tous les moyens pacifiques à tout plan de confiscation de la souveraineté populaire et d’abrogation de l’ordre constitutionnel chèrement acquis, que pareil plan émane de la cité de l’OUA ou d’ailleurs.

La Lucha reste convaincue que malgré la mauvaise foi, l’égoïsme des politiciens, et la léthargie de la « communauté internationale », une issue à l’impasse politique actuelle est possible, tout en préservant l’ordre constitutionnel. La Lucha continuera à y œuvrer avec les autres forces sociales de bonne volonté. Le Peuple aura le dernier mot !

Fait à GOMA, le 16/10/2016.

Pour la Lucha,
Miel Kaghulalo,
Militant

Pour tout contact :
Mouvement citoyen Lutte pour le Changement (Lucha)
Tel. +243 97 42 33 390
Email: Lucha.rdc@gmail.com / info@luchacongo.org
www.luchacongo.org
Suivez-nous sur
Facebook: www.facebook.com/Lucha.rdcongo
Twitter: @luchaRDC
Skype: lucha.rdc

Trackbacks/Pingbacks

  1. República Democrática del Congo: la lucha por vivir con la esperanza de un futuro - Blog de CJ - 2016-10-19

    […] Imagen extraída de: Lutte pour le Changement […]

Laisser un commentaire