POINT DE PRESSE RELATIF A LA SITUATION DES SOLDATS DE DEUXIEME CLASSE DU CENTRE DE FORMATION CAMP LUKUSA

Mise en ligne le 22 décembre, 20 à 11:05


Camp Lukusa : un mouroir ou un centre de formation pour les recrues de la FARDC ?

Le Gouvernement de la République Démocratique du Congo a entrepris de renforcer les équipes des forces armées congolaises, FARDC en sigle. Pour ce faire, Il a lancé un programme de formation de base aux bénéfices des nouvelles recrues dans certaines villes du pays. C’est dans ce cadre que le centre de formation militaire ‘’Camp Lukusa’’ situé dans la commune Lubunga, à la rive gauche de la ville de Kisangani a reçu 3500 éléments à former durant quasiment 9 mois.

Malencontreusement, la population de la ville de Kisangani et ses environs, constate du jour au lendemain, l’errance dans les coins et recoins de la ville, de ces militaires en formation alors qu’ils sont sensés habiter dans le camp jusqu’à leur affectation par la hiérarchie. Certains parmi eux font du porte-à-porte pour mendier : argent, nourriture, cigarette, savon, Gillette…bref tout ce qui est indispensable pour la survie. Pire encore, Les autres se constituent en main d’œuvre pour les travaux champêtres et domestiques.

Et c’est ne pas tout, d’autres encore, faute de mieux, ne s’abstiennent pas à recourir aux pratiques abjectes (vol, extorsion, pillages, vandalisme) au grand dam de la population déjà avilie et paupérisée par la gouvernance cosmétique du Président Félix Tshisekedi, et kakistocratique du Gouverneur Louis Marie WALLE LUFUNGULA. En témoignage les événements malheureux du 19 octobre 2020 survenus dans la commune LUBUNGA qui abrite le centre ; au cours desquels la population s’en était exaspérèrent pris à ces éléments avec un bilan présumé de 12 civiles blessés et 19 blessées dans le rang de ces éléments.

Indignée par cette situation, mais surtout craignant que ces vaillants compatriotes qui ont pourtant courageusement choisi de servir sous le drapeau ne se transforment en une bombe à retardement pour la paix et la sécurité dans la ville de Kisangani et ses environs, La LCUHA/Kisangani s’est décidée de creuser à fond pour y découvrir les vraies causes.

Apres une observation participative et engagée, la Lucha a principalement constaté que :

  • Que les soldats de deuxième classe du centre de formation ‘’camp lukusa’’ ont complètement terminé leur formation;

  • Que le centre de formation Camp Lukusa a connu plusieurs fois des ruptures de provision pendant la période de confinement, lesquelles rupture ont poussé les éléments ,venus des différentes provinces du pays, de sortir du centre pour rechercher par tous les moyens possibles les produits de première nécessité .

  • Que depuis le 01 décembre jusqu’à ce jour le centre de formation ‘’Camp Lukusa’’ est en rupture totale de provision et n’a aucun stock de vivre (haricot, riz, foufou, huile, tomson).

  • Que le Gouvernement de la République n’a envoyé que deux fois, la prime mensuelle/modique de 10.000fc aux éléments en formation. Ceci dit, depuis le mois de mars jusqu’au mois de décembre 2020, les éléments n’ont plus jamais touché à cette modique prime mensuelle de 10.000 qui devrait leur servir comme argent de poche pour achat des gilètes, savons de toilettes, cirage, etc.

  • Que les officiers militaires commis à l’instruction pédagogique et à l’encadrement des soldats de deuxième classe du centre de formation ‘’Camp Lukusa’’ n’ont pas touché à leur prime depuis le mois de janvier 2020.

  • La situation que traversent ces éléments est devenue désastreuse à tel enseigne que certains souhaitent vivre l’enfer que la réalité qui est la leur actuellement.

Ces constats dégagés, laissent transparaitre l’irresponsabilité du Gouvernement de la République dans la prise en charge des éléments en formation militaire au centre de formation camp lukusa et contrarient gravement avec ses velléités de mettre en place une armée forte, dissuasive et républicaine. Cette dernière ne peut se constituer qu’à la suite d’une formation sérieuse, régulière et incitative.

Conséquemment,  pour préserver la paix et la sécurité dans la ville de Kisangani et ses environs, et surtout éviter que ces soldats de deuxième ne deviennent un danger pour la société, la Lucha recommande :

  • Au Gouvernement de la République de reprendre ses responsabilités en apportant des réponses urgentes et conjoncturelles aux questions de prise en charge sociale et sanitaire des soldats de deuxième classe du centre de formation du camp LUKUSA. A défaut de le faire, le Gouvernement de la République sera tenu responsable de toutes les implications négatives qui découleront des mécanismes de survie que ces soldats de deuxième classe seront tentés de développer ;

  • Au gouvernement provincial de la Tshopo de monter une commission de crise pour statuer sur des mécanismes conjoncturels à prendre dans la mesure de ses moyens que de fermer les yeux sur une situation qui risquerait d’embraser la paix sociale et la sécurité en cas de pourrissement;

  • Au commandement général des écoles militaires de l’Etat-major général ainsi que tous les autres services militaires concernés, de planifier un programme de déploiement/affectation de ces éléments qui ont épuisé leur formation.

  • Aux soldats de deuxième classe du centre de formation camp Lukusa de rester loyaux, disciplinés et imperturbables, en évitant des actes qui remettent en cause le sentiment patriotique qui les avait poussé à servir le pays sous le drapeau ;

  • A la population de rester sereine et sympathisante en vers les recrues dans la limite leur moyen. Celle-ci devrait se garder de recourir à la justice populaire pour régler les différends qui lui opposeraient à ces éléments.

La lucha/Kisangani se réserve son droit légitime de mener des actions pacifiques grande envergure jusqu’à la prise en compte effective de ses revendications par les autorités pour que la paix règne dans la ville de Kisangani et ses environs.

Fait à Kisangani, le 22 décembre 2020

Pour la lucha Kisangani

Cellule de communication


Youtube


Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /nfs/c06/h07/mnt/155100/domains/luchacongo.org/html/wp-content/themes/lucha relook final/include-autre-menu.php on line 31

Retrouver la LUCHA sur

Contactez-nous

Nous organisons & mobilisons les Congolais(es) à la base pour défendre nos droits & notre dignité, dans la non-violence.


Nous (re)joindre :

  • 📞Wtsp +243 974233390

  • Mail : lucha.rdc@gmail.com

  • Mail : info@luchacongo.com

  • www.facebook.com/lucha.rdcongo

  • Twitter : @luchaRDC

    Copyright (c) 2017 lucha All Rights Reserved.