Mémorandum de la population de la ville de Goma et du territoire de Nyiragongo

Mise en ligne le 28 février, 20 à 00:38


Monsieur le gouverneur.

C’est par un sentiment d’indignation que nous, population de Goma et du territoire de Nyiragongo ici présente vous transmettons à travers ce mémorandum notre indignation face à une violation grave de la loi et une injustice notoire relative à l’arrestation arbitraire et la détention illégale de nos compatriotes Mumbere Eric Bwana Puwa, Mumbere Love, et Jean Paul Makeusa cela depuis le vendredi 14 février 2020 au festival Amani.

En effet, en date du 14 février 2020 nos compatriotes précités participaient à une manifestation non-violente pour exprimer leurs points de vue quant à l’organisation de la prochaine édition du festival Amani dans la ville de Beni. La manifestation a été organisée dans le stricte respect de la Constitution Congolaise, la lettre d’information avait été déposée chez le maire de la ville de Goma, la police avait sécurisé la manifestation jusqu’au point de chute, au Festival où le mémorandum a été lu dans la quiétude et les organisateurs du festival Amani ainsi que la police tous ont salué le caractère pacifique de la manifestation et les raisons fondées de son organisation.

Pendant que ces compatriotes suivaient en toute quiétude le déroulement des activités culturelles dans le festival comme tous les autres festivaliers, des éléments de la police venus à bord des trois jeeps ont invité Mumbere Bwana Puwa Eric l’un des membres du mouvement citoyen MNC pour un entretien avec le nouveau commissaire provincial de la Police Nationale Congolaise, le Général Van pour les conseils.


Ne se reprochant de rien, le compatriote comme tout citoyen intègre et normal donnant confiance à la PNC, il avait accepté l’invitation en se faisant accompagné par trois autres membres du mouvement citoyen MNC. Fort est de réaliser malheureusement que c’était juste une stratégie de la police pour arrêter ces compatriotes sans aucun mandat d’arrêt, ni mandat d’amener moins encore aucune flagrance n’avait pas lieu, ils avaient ensuite été détenu illégalement pendant quatre jours dans un cachot secret sans aucun droit à une visite ni une assistance de sa famille ou des avocats.

Ils ont ensuite été transféré au parquet de grande instance de Goma qui les avaient auditionné durant trois jours avant de transférer à la prison centrale de Munzenze trois personnes bien qu’ils étaient arrêtés à quatre, le parquet est en train de les incriminer d’être une association des malfaiteurs et participation à un mouvement insurrectionnel, même la justice sait très bien que ces compatriotes ne sont impliqués ni de près ni de loin dans aucune association ayant pour objectif de nuire à l’autorité ou aux institutions publiques établies.


Ces accusations sont très graves et ternissent l’image de notre justice en qui nous avons tout notre espoir et confiance mais celle-ci se focalise sur les rumeurs et spéculations sans aucune preuve ni indice ; Il est très dangereux de porter pareilles accusations aux citoyens sans la moindre preuve.

Nous mettons à défi toute personne qui présentera la moindre preuve tangible prouvant la culpabilité de nos concitoyens.
Considérant que la constitution congolaise notamment en ses articles…..et le code pénal Congolais protégeant la vie privée et la réputation de chaque citoyen, nous exigeons la réparation pour ces imputations dépourvues de tout fondement et sans preuve.

Monsieur le gouverneur de province, vous le savez aussi très bien comme nous que la règle c’est la liberté et l’exception c’est la condition dans laquelle sont actuellement nos compatriotes, nous vous exhortons d’obtenir une libération immédiate et sans condition de ces concitoyens et demandons votre implication en tant que le responsable du conseil provincial de sécurité et en tant que le numéro un de la province afin la justice soit réellement faite, et qu’il n’y ait pas d’implication politique ou tribale dans cette question.

Cette arrestation injuste risque de nous causer tous assez de peines car l’injustice ne doit pas continuer à primer sur la justice.

Votre implication aussi en faveur de leur libération traduit un intérêt de faire respecter la loi dans notre pays et décourager les arrestations arbitraires et motivées par des trafics d’influence ce qui ne doit pas continuer dans un Etat de droit.

Copie pour information :

  • A Monsieur le procureur général de la république à Goma ;

  • A Monsieur le procureur de la république près le TGI à Goma;

  • Aux avocats de Bwana Puwa ;

  • Messieurs les présidents de la société civile Nyiragongo, Goma et Nord-Kivu;

  • Aux médias de Goma et correspondants des medias à Goma;

  • Aux ONG des Droits Humains et mouvements citoyens à Goma;

Fait à Goma, le 27 Février 2020

Pour la population


Youtube


Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /nfs/c06/h05/mnt/155100/domains/luchacongo.org/html/wp-content/themes/lucha relook final/include-autre-menu.php on line 31

Retrouver la LUCHA sur

Contactez-nous

Nous organisons & mobilisons les Congolais(es) à la base pour défendre nos droits & notre dignité, dans la non-violence.


Nous (re)joindre :

  • 📞Wtsp +243 974233390

  • Mail : lucha.rdc@gmail.com

  • Mail : info@luchacongo.com

  • www.facebook.com/lucha.rdcongo

  • Twitter : @luchaRDC

Copyright (c) 2017 lucha All Rights Reserved.