LUCHA

Actualités


MEMORANDUM DE LA LUCHA SECTION D’IDJWI ADRESSÉ AU GOUVERNEUR DE LA PROVINCE DU SUD-KIVUA L’OCCASION DE SA VISITE DANS LE TERRITOIRE D’IDJWI


Publié le : 9 septembre, 2019 à 17:27 | |


En ce moment important où notre pays respire un nouveau souffle du changement, nous disons un mot de bienvenu parmi nous au Gouverneur de la province du SUD-KIVU dans le territoire d’Idjwi pour s’impregner des grands problèmes que traversent les habitants d’Idjwi.

Nous tenons à remercier le Gouverneur de la Province du Sud-Kivu d’avoir bien voulu nous associer à cet échange avec d’autres leaders communautaires pour exprimer les aspirations du peuple d’Idjwi. Merci également pour votre visite, qui vous a amené d’abord loin des bureaux de Nyamoma, pour vous rendre compte un tant soit peu des conditions difficiles dans lesquelles notre peuple se trouve actuellement dans le territoire d’Idjwi.

La présente note s’articule autour d’un certain nombre des points, qui sont aussi les objectifs annoncés de votre visite notamment sur le plan politique, économique, santé, éducation, environnement, droits Humains, sécurité, peche, l’emplois, l’électricité, la route, agriculture, tourisme et la consolidation de la paix dans le territoire d’Idjwi, etc.

Son Excellence Monsieur le Gouverneur nous vous demandons de combattre plus courageusement l’impunité dans le territoire d’Idjwi, ceci est absolument indispensable pour la légitimité et la stabilité des institutions du territoire et donc pour le succès des initiatives de paix, de sécurité et de développement.

Excellence Monsieur le Gouverneur, laissons nous vous demontrer les grands problèmes d’Idjwi:

  1. Enclavement contraignant la population à emprunter les moyens de transports lacustres précaires et à haut risque;

  2. Éloignement et l’accès difficiles aux villes de Bukavu et Goma;

  3. Manque de balisage du lac kivu entrainant des collisions tragiques entre embarcations;

  4. Insécurité sur le lac kivu pour les pecheurs qui travaillent essentiellement la nuit;

  5. Délabrement de la route Nord (Kihumba: Chondo)-Sud (Muhumba);

  6. Manque d’infratructures d’accueil dans l’archipel d’ilots;

  7. Insuffisance d’eau potable et d’infrastructures sanitaires;

  8. Inexistance d’approvisionnement en courant électrique;

  9. Perméabilité de frontières sur le lac Kivu qui est source de plusieurs conflits sociaux, politiques entre le Rwanda et la RDC etc;

  10. Tracasseries militaires et évasion fiscale;

  11. Destruction anarchique de la forêt de nyamusisi depuis l’arrivée de réfugiés Rwandais et sans compansation;

  12. Existence de maladies de plantes telles que le wilt bacterien et la mosaique qui déciment respectivement et systématiquement les bananiers et le manioc plongeant la population dans l’insécurité alimentaire;

Sur le plan d’encadrement des jeunes: “la gloire du maitre est de former un élève qui le dépassedisait les philosophes”. Aujourd’hui les jeunes souffrent d’un manque de leadership pour l’accompagnement leurs ambitions et talents;

Son Excellence Monsieur le Gouverneur, nous ne pouvons vous cacher la frustration de la jeunesse. Aujourd’hui, la jeunesse est absente dans le service d’apoint et même ce qui y étaient ont été chassés pendant votre arrivée…

Vu les questions actuelles qui se posent dans le territoire d’Idjwi sur les plans environnemental et sa gestion, hydraulique rurale, medicine moderne, aménagement du territoire, planification, topographie, pédologie et phytotechnie, le pétrole et Gaz, de fois nous interrogeons combien de jeunes avons-nous qui peuvent répondre à ces questions? Plusieurs jeunes sont ambitieux et peuvent vouloir relever les défis mais n’ont pas les possibilités et manquent de modèles. Nous sassistons au manque d’emplois, il y a faible ouverture sociale de jeunes et intégration sociale.

Sur le plan de la peche: Ce secteur a pour objectif est d’améliorer la gestion du secteur de la pêche et il porterait ses fruits dans le territoire d’Idjwi , il reste moins organisé où le stock et la santé des poissons ne s’améliorent pas . nous demandons que le concours vise à explorer des méthodes innovantes. Comme, par exemple, pour assurer la sécurité des pêcheurs sur le lac kivu mais aussi améliorer la gestion de la filière sur le long terme.

Il est temps de réduire le risque de morts sur le lac kivu de petits pêcheurs issus pour la plupart du Territoire d’Idjwi sont à l’origine de près de 50 % de la production de poisson avec toute catégorie confondue. Et le poisson représente plus de la moitié du total de l’apport en protéines dans l’alimentation des populations dans le Territoire.

Pourtant, ces petits pêcheurs ne disposent d’aucun équipement permettant de demander de l’aide aux garde-côtes (marins, police lacustre ) ou à un autre secours s’ils sont perdus ou en danger. Si leurs engins étaient équipés d’un dispositif de suivi de leur position, des vies pourraient être sauvées. Cela permettrait aussi de collecter des données et d’assurer la sécurité et la durabilité de la pêche artisanale. Ce qui permettra de contribuer et de lutter contre la pêche industrielle illicite. Mais la couverture du réseau de téléphonie mobile n’est pas suffisante. Aujourd’hui vous comprendrez que les pêcheurs veulent que quelqu’un veille sur eux, mais en même temps ils craignent souvent une forme de surveillance »,. « Ils veulent être assistés, pas surveillés.»

Sur le plan d’adduction d’eau: Notons que beaucoup de familles restent sans accès à l’eau dans le Territoire d’Idjwi et cela avec beaucoup de problems d’où il faut arriver à préserver les resources hydriques, garantir l’accès aux services et renforcer la résilience pour répondre à la crise de l’eau dans le Territoire d’Idjwi

Sur la question d’électricité : Tout en reconnaissant les efforts du Gouvernement central et l’engagement du Président de la République, en soutien aux problèmes que le territoire d’Idjwi traverse sur le plan énergétique, nous fustigions le manque de considération pour beaucoup des preoccupations légitimes des communautés locales, la méfiance de certaines sources d’eau locales qui seraient paluatives. il est impératif de dresser les préoccupations des communautés qui peuvent se résumer à six : 

  1. Prêter autant d’attention et mobiliser autant de moyens que possibles pour concrétiser la vision du chef de l’Etat d’électrifier Idjwi. Malheureusement cela se passe dans une relative indifference depuis 2006;

  2.  Renforcer la transparence, la redevabilité et l’équité de tous les intervenants dans le secteur d’électrification vis-à-vis des communautés locales, y compris sur les questions financières et celles liées à l’execution de ce projet; 

Sur le plan de santé: Faire en sorte quele renforcement des structures de santé soient dotes d’une capacité pour faire face aux épidémies et que leurs interventions soient pérennes et prendre en charge, dans les zones concernées, les maladies endémiques y compris la malaria, la rougeole, le choléra, et d’autres.

Sur le plan Education: assurer l’encadrement des jeunes c’est garantir l’avenir de notre beau Congo. L’avenément de la gratuité de l’enseignement est une manifestation concrète de l’importance que le gouvernement doit accorder à la jeunesse en quete de leur destin, un des objectifs qui doit mobiliser toutes les énergies en vue de l construction de la conscience collective. C’est aussi une arme d’unité, de paix et de progrès. Et il ne peut y avoir de paix que la connaissance et le savoir ancrès dans notre histoire et traditions.

Se référant à l’article 43 de la Constitution qui garantie le droit à la scolarité dans les établissements publics, nous voulons voir rendre effectif cet enseignement et non rester dans le slogan et discours. Nul n’ignore que ce droit d’accès à léducation fait parti des droits fondamentaux. C’est pourquoi Excellence Monsieur le gouverneur, nous pensons quà travers cette gratuité on pouura éradiquer l’analphabétisme dans notre Province, en luttant contrant les frais illégaux longtemps combattus au sein des écoles dans le territoire d’Idjwi.

Offrir cet espace de connaissance aux jeunes congolais c’est pour vous une façon de servir le pays et d’oeuvrer à son ouverture internationale pour lui assurer la place qu’il faut dans le concert des nations.

Sur le plan Agricole: Notons que la Province du Sud-Kivu en général et le territoire d’Idjwi est jadis actif dans l’exportation des produits agricoles variés, mais aujourd’hui il se trouve dans une situation sans commune mesure avec ses potentialities agricoles en dépit de ses grandes étendues de terres arables, son important réseau hydrographique, sa diversité de climat, son potential halieutique et d’élevage considérable, le Sud-kivu se classe maintenant parmi les Provinces déficitaires en matière agricole et de sécurité alimentaire.

Nous proposons ce qui suit

  1. Concevoir un programme de mise en valeur durable dans la Province du Sud-Kivu en général et dans le Teritoire d’Idjwi en particulier;

  2. Allouer le fonds d’appui financier aux filières agricoles dans le territoire d’idjwi;

  3. Equiper nos radios communautaires en connexion avec la plate-forme de communication et information, les alimenter en émission sur l’agriculture, pêche et élevage;

  4. Actualiser les documents de réfèrence comme la monographie provinciale, le document des plans de développement rural agricol de chaque province;

  5. Faire la cartographie territoriale et l’aménagement du territoire avec ses parties agricoles forêstières;

  6. Organiser des formations des associations paysannes en techniques agricoles modernes;

  7. Avoir une brigade agricole opérationnelle dans le territoire permettant l’encadrement des jeunes ;

  8. Faire des audits sur les associations paysannes agricoles ;

  9. Tenir à jour un tableau des problems majeurs du secteur agricole dans chaque Groupement du Territoire d’Idjwi (solutions précises qui fait quoi et dans quell delais?);

  10. Faire un inventaire des projets et des comités locaux de développement qui existent dans chaque territoire (les équiper et les encourager)….

  11. Transposer certaines conditions du milieu urbain vers le milieu rural d’Idjwi (connexion internet, routes, courant ect).

  12. Etc

  13. Rendre disponible le Fonds national de développement agricole et sa gestion en synergie avec les institutions financiers bancaires et non bancaires ;

  14. Implication des agriculteurs et des professionnels du secteur agricole dans le processus décisionnel ; ce qui justifie la création du Conseil consultatif aussi bien au niveau national, provincial que local ;

  15. La prise en compte des exigences des instruments internationaux relatifs à la conservation et à l’utilisation des resources phytogénétiques;

  16. La prise en compte de la protection de l’environnement ;

  17. Le renforcement du mécanisme de surveillance des terres

  18. destinées à l’exploitation agricole et le suivi de la production ;

  19. l’institution d’une procédure de conciliation préalable à toute action judiciaire en matière de conflits de terres agricoles;

En termes de perspectives nous devons être un people qui est appelé à vivre ensemble et renforcer nos liens et nous arriverons que si nous arrivons à capter et mobiliser ses forces vives. C’est l’union dans l’action qui peut conduire les bahavu à devenir une force connu et respectée dans la province, dans le pays et dans le monde:

Voilà pourquoi nous vous rappelons de travailler advantage pour relever ces grands défis qui se posent dans la province du Sud-Kivu en général afin de faire front commun pour revendiquer apporter un changement.

En plus, nous sommes encouragés par vos declarations reconnaissant la nécessité et l’urgence de gérer autrement la Province du Sud-Kivu.

Nous espérons que cette séance n’aura pas été une simple formalité de visites à Idjwi, mais que vous utiliserez ce que vous avez vu et entendu pour impulser des décisions et des actions décisives au niveau Provincial et National. Nous attendons impatiemment les resultats concrets sur le terrain.

En raison de son pouvoir d’améliorer des conditions de vie de la population, de relancer le secteur industriel et de créer des emplois, l’électrification du territoire d’Idjwi qui a été saluée par la totalité de la population.

Malheureusement, ce processus d’électrification reste un slogan et les attentes de la population bénéficiaire se font sentir chaque jour vu la problématique énergétique, cela par le simple fait que la gestion tant technique, logistique que financière de ce Projet reste opaque.

Fait à Idjwi, le 07/09/2019

Pour la lucha

Cellule de Communication


A lire aussi...




Restez connecté