LUCHA

Actualités


LA MONTÉE DE L’INTOLÉRANCE À MBUJIMAYI SAPPE LES EFFORTS DE BÂTIR UN ÉTAT DE DROIT : NOTRE ALERTE


Publié le : 13 novembre, 2019 à 14:13 | |


Depuis les dernières élections , nous assistons à la montée de l’intolérance politique dans la ville de Mbujimayi. Cette situation certes négligée, est d’autant plus préoccupante vu qu’elle s’accompagne d’une ribambelle d’actes barbares sapant la dignité humaine et les valeurs démocratiques. Après une période de campagne électorale mouvementée, la ville de Mbujimayi a sombré dans les scènes d’horreur alimentées par des industries obscures d’intoxication de la masse et diabolisation de toute voix dissidente. Il faut illustrer cela avec les scènes de pillage ciblant les députés provinciaux, jusqu’à entraîner des morts.

Le dernier discours du Gouverneur est venu mettre de l’huile sur le feu dans un environnement déjà précaire. Monsieur Jean Maweja Muteba a, durant un point de presse, appelé ses partisans d’arrêter et acheminer à la police tout le monde qui serait surpris entrain de le critiquer. Depuis lors, nous assistons à des scénarios violants orchestrés par des corpuscules des jeunes qui émergent à travers la ville et se réclamant protecteurs du gouverneur. Notre Mouvement citoyen été victime de cette bande organisée; en pleine manifestation devant l’Assemblée Provinciale le vendredi 8 Novembre, pour exiger le départ du Gouverneur, nous avons été attaqués, caillassés, injuriés et sérieusement menacés par cette Milice, promettant même de suivre certains camarades dans leurs domiciles afin de mettre fin à leurs vies.

Cet acte de trop, nous pousse à ne pas faire abstraction de ce danger sécuritaire et l’émergence sous l’oeil impuissant des autorités urbaines des groupes d’auto-défense affiliés au Gouverneur. C’est ainsi que nous alertons sur ce phénomène qui accroît l’intolérance et mine les efforts de bâtir un véritable État de droit.

Face à cette situation, la LUCHA demande :

Au Gouverneur, tout en reiterant l’appel à son départ du gouvernorat, nous lui demandons de retirer publiquement ses propos sappant les efforts de bâtir un État de droit et de désavouer publiquement les groupes d’auto-défense qui prolifèrent dernière son discours. Au cas contraire, nous lui tiendrons toujours responsable morale de tous ces actes d’intolérance.

Au Ministre de l’intérieur, nous attirons son attention sur l’émergence des groupes d’auto défense affiliés aux partis politiques et certains politiciens à l’instar des bérets verts, rouges, etc et particulièrement ceux qui prolifèrent à Mbujimayi. Ce phénomène est une bombe à retardement qui nécessite des mesures urgentes et conséquentes.

Au président de la République de veiller à ce que l’état de droit ne soit pas un simple slogan mais plutôt une réalité qui doit être vécue quotidiennement.

Fait à Mbujimayi, le 13 Novembre 2019

Pour la LUCHA Mbujimayi

Cellule de Communication


Restez connecté