GOMA ; une VILLE paradis et déchetterie : Sensibilisation à la gestion des déchets ménagers.

Mise en ligne le 20 février, 20 à 21:29


PAR EMMANUEL NDIMWIZA MURHONYI, MILITANT DE LA LUCHA

La production de déchets ménagers est très importante dans le monde, quatre millions de tonnes de déchets ménagers y sont produits chaque jour. Si celle-ci n’est pas gérée efficacement elle peut engendrer des impacts néfastes sur l’environnement et mettre en péril l’avenir de la planète en général et la ville de Goma en particulier.

Cet article est le fruit d’une étude comparative de la gouvernance et de la gestion des déchets ménagers dans la ville de Goma que je mène dans les deux communes de la ville Goma (Karisimbi et Goma). Cette étude a été rendue possible grâce à une intervention de BIENVENU MATUMO qui est master et d’autres membres des associations et mouvements citoyens.

Cet article tente d’insérer les systèmes de gestion des déchets de la ville de Goma dans le contexte de la gouvernance. Il fait avancer le débat sur la gouvernance environnementale en vue d’approfondir notre compréhension des problèmes urbains dans la ville de Goma.

Il serait impossible de mentionner toutes les personnes qui ont contribué à notre étude. Je remercie infiniment ceux qui ont collaboré avec moi à sa coordination et se sont montrés toujours disposés à participer à des réunions, à mettre à jour les données et à réviser les ébauches.

Nous espérons que cette publication donnera lieu à des mesures concertées en vue de régler le grave problème de la gestion des déchets urbains dans la ville de Goma, et qu’elle nous permettra d’approfondir notre compréhension des enjeux et d’améliorer la qualité de vie de l’environnement urbain de la ville Goma

Il est donc primordial de faire en sorte que chaque ménage adopte un comportement qui favorise une bonne gestion de ses déchets. La gestion des déchets ménagers se caractérise par le ramassage, mais pas le tri et le recyclage de tout matériau, substance ou produit jeté ou abandonné car n’ayant plus d’utilisation précise dans la ville de Goma.

Au-delà de la définition des concepts clés, l’opérationnalisation de cet article consiste à intégrer une recherche dans un corps de connaissances qui est pertinent à la question de la recherche. Pour ce faire, nous avons consulter la littérature en vigueur sur la question et des études empiriques et deuxièmement nous avons relié ce travail à la littérature existante. Les raisons sont multiples et convergentes. Tout d’abord nous voulons servir d’un guide de terrain, donner une orientation ou du moins suggérer un plan de recherche. C’est aussi une source d’information et elle aide en tant que chercheur à répliquer une méthode et une théorie.

Convaincu de cela, nous n’avons pas prétendu être le premier à pouvoir mener une étude de ce genre dans le cadre de la gestion des déchets ménagers dans la ville de Goma. C’est ainsi que nous avons passé en revue quelques auteurs et leurs pensées qui ont abondé dans le même sens que nous.

Ainsi avons-nous consulté les auteurs ci-après :

De son côté Parfait C. BLALOGOE (2003-2004) dans son étude « gestion des déchets solides ménagers à Cotonou : problèmes perspectives» et dont l’objectif est de contribuer à la réflexion pour l’amélioration du système de gestion, toute chose qui doit aboutir à l’amélioration des conditions générales de santé des populations et de la salubrité de Cotonou a analysé les systèmes de gestion des DSM dans la ville de Cotonou. Il estime que le système de gestion des DSM s’est amélioré entre 1960 et 2001 dans la ville de Cotonou. Selon l’auteur, le système actuel de gestion des déchets se révèle assez cohérent et dynamique. Sur le plan économique, l’auteur fait savoir que, la nouvelle orientation de la gestion des déchets solides à contribuer à la résolution des problèmes de chômage en ce sens qu’elle a créé des emplois. Mais il a des faiblesses sur le plan technique. Il s’agit du non abonnement de certains ménages, les difficultés de trouver des endroits devant servir de point de regroupement, la non collaboration des ONG avec le Comité de développement des quartiers, le manque de moyen financier

Quant à Tatiana M. H. SISSINTO : (2004- 2005) « Gestion des déchets solides ménagers dans la ville de Porto- novo : cas du premier arrondissement» ; mémoire de DESS page 68 CEFORP COTONOU. L’objectif de ce travail est l’amélioration du cadre de vie des populations du premier arrondissement de Porto- Novo L’auteur a présenté les modes de gestion des ordures ménagères dans la ville de Porto novo et constate comme VIGNINOU T que les ordures ménagères sont mal gérées dans cette cité urbaine Elle note aussi l’existence des dépotoirs sauvages dans la ville notamment dans le premier arrondissement. Les résultats obtenus au terme de ces investigations rejoignent également NYASSOGBO sur les modes de gestion des ordures. Il y résulte que l’abonnement au système de pré collecte l’enfouissement des déchets, l’incinération et le déversement des ordures dans la nature sont les principaux modes de gestion des ordures dans son cadre d’étude. Les raisons qui justifient l’utilisation de ces modes sont entre autres le non abonnement de certains ménages aux structures de pré collecte ; le mauvais fonctionnement des services de pré collecte et le coût élevé de l’abonnement. Elle va plus loin et présente les facteurs déterminants de la décision d’abonnement des populations auprès des structures chargées du ramassage des ordures. Il s’agit du type du quartier, du statut de l’habitant, de la connaissance d’une structure du ramassage des ordures ménagères.

DOSSOU Issérée Joseph dans son étude effectuée en 2002 intitulée « L’explosion démographique et la gestion des déchets solides ménagers dans la ville d’Abomey- Calavi » et dont l’objectif est l’amélioration des conditions de salubrité dans cette agglomération urbaine a présente les sources de production des déchets que sont la croissance démographique et l’extension démesurée de la ville. Selon l’auteur des dispositions sur les plans techniques, législatifs, financiers et administratifs doivent être prises pour une bonne gestion des déchets solides ménagers.

Ainsi, dans son rapport intitule « Accumulation des ordures ménagères et dégradation de l’environnement : quelques pistes pour une viabilité environnementale dans le processus de développement africain », Gabriel Kwami NYASSOGBO a abordé la problématique de l’accumulation des ordures ménagères dans les métropoles d’Afrique (2005). Selon l’auteur, c’est l’accroissement rapide de la population urbaine et l’extension démesurée de l’espace urbain, dus à une urbanisation non contrôlée et non maîtrisée de l’Afrique qui sont à la base des problèmes de gestion des déchets solides ménagers. Il a également aborde les difficultés que rencontrent les autorités municipales et centrales en la matière. Il illustre ce constat par la ville de Lomé qu’il qualifie comme étant un exemple de gestion difficile des ordures ménagères. Selon l’auteur, le manque de moyens financiers, matériels et humains explique la mauvaise gestion des ordures dans la capitale togolaise. Il a distingué deux principaux modes de gestion des ordures solides ménagères : les méthodes populaires (incinération, enfouissement, rejet dans la nature) et modernes (pré collecte, transport et traitement). La première méthode est utilisée par les populations à revenu modeste et la seconde par les populations aisées.

Aujourd’hui, la forte production et la mauvaise gestion des déchets ménagers représentent des problèmes majeurs pour la préservation de l’environnement à l’échelle mondiale (Cazenave, 2018).

Pour faire face à ces problèmes, des actions peuvent être menées à différentes échelles. Ces actions se traduisent par la mise en place de politiques publiques, par l’élaboration d’une législation particulière et par la sensibilisation des ménages à la gestion de leurs déchets.

Les politiques publiques agissent dans la prévention de la production des déchets ménagers en mettant en place des actions telles que la lutte contre le gaspillage alimentaire, la réduction des imprimés non sollicités, la réduction des sacs plastiques et le retour de la consigne.

L’élaboration d’une législation particulière permettra de réglementer et de sanctionner toutes les actions en lien avec la gestion des déchets ménagers tels qu’en interdisant de jeter ses déchets dans la nature, d’éliminer ses déchets en les brûlant et qu’en sanctionnant les infractions au règlement.

Objectifs

  1. Analyser les contraintes liées à la gestion de déchets ménagers dans la ville de Goma ;

  2. Formuler des propositions et des recommandations concrètes pour amener les habitants de Goma à la gestion responsable de déchets ménagers dans la perspective de la promotion de l’environnement.

Etude de cas : Goma, une ville entre paradis et déchetterie

Figure 1 Cas du marché Alanine, Commune de Goma

Présentation et situation de la ville de Goma

Goma est une ville située à l’Est de la RDC d’environ 75,72km² de superficie. Elle est connue pour ses paysages paradisiaques qui attirent chaque année des milliers de touristes provenant du monde entier, avec près de 1.100.000 habitant pour une densité moyenne de 14.527ha/Km² selon Wikipédia 2020.

Selon Magguy Kakule, reporter de Voice of africa Goma, la population de Goma est dans la gestion des immondices. En contribuant 1 dollar par ménage et par moi est une participation active dans l’évacuation des déchets ménagers et la population s’implique à fond dans l’assainissement des quartiers.

Faute des lieux spécialement pour les déchets, la population jetait les déchets pendant la nuit le long des rues et avenues, ce qui constitue un danger pour la santé.

Cependant, depuis peu, certains quartiers: Mabanga Sud, Mabanga Nord, Kahambe, Ndosho, Himbi II, Mugunga, Katindo gauche, Mapendo, Le volcan et Avenues: Mutongo, Mokoto, Ndalaga, Salongo II, Rutchuru, Avenue du marché, Renga, Minova, Itimbiri, Ubangi, Kirambo, Kisangani, Bongevilier, Rushagala, Baraka, Avenue du lac. Ces quartiers de la ville de Goma sont également connus pour être devenus de quartiers poubelles. Ses plages (les côtes du lac Kivu) sont couvertes de déchets ménagers qui s’accumulent chaque jour au fil des marais. Cela générant une mauvaise image de la ville de Goma de la part des touristes qui viennent dans l’idée de se baigner et de se prélasser, malheureusement aucune plage pourtant Goma offrirait cette opportunité de plage paradisiaque, mais pas de politique en cette matière.  La situation actuelle vis-à-vis de la gestion des déchets est alarmante et génère d’importants impacts négatifs sur l’environnement à travers la pollution des sols et de l’eau et sur l’attractivité touristique de la ville de Goma. La mauvaise gouvernance environnementale et plus particulièrement des déchets ménagers met en péril les conditions de vie des habitants de Goma, les activités touristiques et l’environnement de la ville. En 2017, l’état alarmant de la pollution de l’environnement par les déchets ménagers a entraîné la déclaration de la part des autorités locales d’un état « d’urgence déchets » (Badri, 2017). Cet état d’alerte a attiré l’attention d’un grand nombre de médias internationaux, et nous notons que la ville de Kinshasa qui produirait quotidiennement 7.000 tonnes de déchets provenant des ménages, des marchés, des places publiques et des entreprises (RATPK : Régie d’assainissement et des travaux publics de Kinshasa, 2016)

Figure 2, déchets ménagers dans la ville de Kinshasa

Alors que la population plongeait dans les eaux à Kinshasa afin d’observer la faune et la flore marine celle-ci fut principalement observateur de la pollution dramatique de cette partie du pays. Cette situation catastrophique vis-à-vis de la pollution de ses eaux et les dangers que cela génère pour la biodiversité marine qui se retrouve à vivre avec des tonnes de déchets autour d’elle, reste aussi un danger sur la santé de la population. La gestion des déchets ménagers représente une réelle problématique pour les villes en RDC à laquelle il est devenu très important de répondre afin de préserver sa nature et son attractivité touristique.

Les enjeux et problématiques de la gestion des déchets ménagers à Goma

Les habitants de Goma n’ont jamais réellement appris à jeter leurs déchets ménagers dans les poubelles et à les trier. Jusqu’à présent les habitants et les acteurs environnementaux de la ville de Goma n’ont pas encore réussi à mettre en place un mécanisme et des stratégies efficaces de tri et de recyclage des déchets ménagers. Par la mondialisation, nous pouvons arriver à créer cette habitude dans la communauté d’utiliser des emballages alimentaires biodégradables (feuille de bananier…) et donc de les jeter dans la nature. Désormais ces emballages peuvent changer, pour que leur habitude ne reste pas la même. Ces emballages ne seront pas maintenant constitués majoritairement de plastique, une matière non biodégradable et qui polluent chaque jour de plus en plus la nature.

Comme nous pouvons le constater, une fois jetés dans la nature, se déversent dans les eaux des ruisseaux à la saison des pluies, s’écoulent jusqu’au lac et se déposent, à travers les mouvements des eaux. Avec l’apparition de la mondialisation, de grands centres commerciaux s’érigent comme le marché Virunga, Birere, nyabushongo, alanine etc. se sont implantés dans la ville de Goma et ont modifié les habitudes de vie des habitants (chasse, pêche, cueillette…). La consommation de plastique est devenue intensive et les conséquences que celle-ci engendre sur l’environnement sont souvent ignorées par les consommateurs. Les principales problématiques responsables de cette pollution alarmante de la nature à dans nos villes reposent sur l’usage excessif du plastique et également principalement sur l’indifférence et le manque de connaissances des habitants concernant la gestion de leurs déchets.

Les habitants n’ont pas été éduqués à la gestion des déchets. Pour la plupart d’entre eux il est normal de jeter leurs déchets dans la nature. Ils ne se rendent pas compte lorsqu’ils jettent leurs déchets dans la nature de l’impact que cela génère sur l’environnement. Pour eux, jeter leurs déchets dans la nature, dans le lac etc. car selon eux les eaux de pluies ont pour fonction de nettoyer les avenues en emportant les déchets au large et dans les caniveaux. Ils manquent de connaissances vis-à-vis de la manière dont gérer raisonnablement leurs déchets ménagers. Une prise de conscience écologique doit être effectuée dans la ville de Goma si celui-ci souhaite préserver la beauté de sa nature et de ses paysages. Celle-ci se traduit par une volonté de la part des habitants de modifier leur actuelle gestion des déchets au profit d’une gestion plus éco-responsable. La sensibilisation des habitants à la gestion éco-responsable de leurs déchets ménagers est primordiale afin d’assurer au mieux cette transition.

La sensibilisation à la gestion des déchets ménagers : une action essentielle pour changer les mentalités et les comportements des habitants de Goma et dans toutes les villes congolaises

La sensibilisation à la gestion des déchets ménagers peut être une solution efficace afin de réduire la pollution dans les marchés et les autres lieux publics. Depuis déjà plusieurs années, grâce au développement d’un grand nombre d’associations de protection de l’environnement et de mouvements citoyens de plus en plus de campagnes de sensibilisation sont réalisées auprès de la population. Ces campagnes visent à sensibiliser les congolais au recyclage, au tri et au cycle de vie des déchets ménagers et également aux conséquences qu’engendre une mauvaise gestion des déchets sur l’environnement. Celles-ci doivent être effectuées sur tout le territoire et auprès de l’ensemble de la population et plus particulièrement dans le milieu scolaire, aux marchés dans lesquels les jeunes sont les plus amenés à ancrer les informations qui leur seront apportées dans leurs habitudes de vie et à pouvoir les transmettre à leurs parents dans leur quotidien. Le principal objectif est de faire en sorte que la population adopte un comportement qui s’oppose au rejet des déchets ménagers dans la nature et donc qui privilégie le tri et le recyclage des déchets.

A ce jour, il existe plusieurs associations de protection de l’environnement à Goma qui réalisent des campagnes de sensibilisation auprès de la population. Il est important de mettre en avant le travail que celles-ci réalisent afin de préserver l’environnement Congolais et le soutien qu’elles apportent aux populations afin de les aider à adopter de meilleurs comportements. C’est pourquoi j’ai décidé de présenter le cas de trois groupes qui luttent chaque jour contre la pollution de la ville de Goma. Ces groupes se développent de plus en plus chaque année et agit dans le but de faire progresser la gestion des déchets ménagers dans la ville de Goma.

Dans ce cadre, la Lucha intervient dans l’équité du genre et la gestion rationnelle et durable de l’environnement et de ressources naturelles.

C’est pourquoi, l’assainissement et la prévention des déchets ménagers, sont de préoccupations pour ces jeunes congolais. La Lucha a commencé à l’Est de la RDC dans le cadre de promouvoir la responsabilisation des Congolais, la défense des droits de jeunes et l’impulsion de la participation efficiente et à la vie socio-politique et économique de la RDC. Elle vise à rendre consciente la population de leur état d’aliénation et cela de la manière la plus responsable possible. Pour cela, elle a développé un réseau de mobilisation via ces activités communautaires et mène régulièrement des campagnes de sensibilisation et d’information auprès des différents quartiers dans le cadre de foras.

Ces campagnes ont pour objectif de faire prendre conscience aux congolais des impacts que génèrent les rejets de déchets ménagers dans la nature sur l’environnement et sur la santé et de les aider à adopter un comportement en faveur de la préservation de l’environnement. Grâce à ces différentes actions la Lucha réussit à modifier les habitudes de certains congolais et à réduire petit à petit la quantité de déchets ménagers jetés dans la nature. Leur travail de collecte et de sensibilisation continue de se développer et concerne de plus en plus de congolais.

La sensibilisation tient une place importante dans cette association, elle concerne principalement toutes les catégories de la population, le personnel des entreprises et organisations. En réalisant cela, elle souhaite faire en sorte que la gestion responsable des déchets devient non pas une contrainte mais une habitude de vie. A ce jour, le bilan de ses actions est positif et continue de progresser.

La Lucha possède la particularité d’être dirigé par des jeunes conscients du problème du Congo, bien qu’ils ne soient pas les premiers responsables, mais qui sont à l’avant-garde de la construction d’une société et d’une nation plus libres, plus équitables et plus prospères.

Cette activité est une réponse essentielle à la réduction de la production de déchets ménagers. Elle permet de susciter l’intérêt et la curiosité des ménages concernant la gestion de leurs déchets, de leur faire prendre conscience de son importance afin de préserver l’environnement en montrant les impacts qu’elle peut avoir sur l’environnement si elle n’est pas effectuée de manière responsable. Cette action vise à modifier les habitants de Goma leur comportement et leur façon de penser vis-à-vis de la gestion des déchets ménagers dans la ville.

Cet article s’intéresse particulièrement à l’importance de cette dernière action.  Et afin de mieux l’expliciter et l’illustrer, celui-ci présentera le cas de la ville de Goma connue pour ses paysages paradisiaques qui est devenue depuis plusieurs année une ville où les dépotoirs sont pleines et ne sont pas vidées. Cette situation est due à une mauvaise gestion des déchets ménagers. C’est pourquoi nous montrons dans un premier temps la situation dramatique de la ville de Goma vis-à-vis de sa gestion des déchets ménagers et ses causes puis nous terminerons par montrer l’importance de la sensibilisation afin de faire face à cette situation en présentant notamment les actions menées par différentes associations de jeunes qui interviennent dans la protection de l’environnement c’est le cas par exemple de la Lucha, Congo Nouveau etc.

Conclusion :

La gestion des déchets ménagers à Goma est alarmante, celle-ci engendre de terribles impacts sur l’environnement et plus particulièrement sur la beauté de la nature et des paysages de la ville de Goma. Afin de limiter ces impacts, il est devenu primordial de sensibiliser les habitants et les autorités urbaines de Goma aux solutions de gestion responsables qui existent. C’est ce que réalisent les différentes associations de protection de l’environnement présentes sur place à Goma. Leur travail et leur détermination font progresser la gestion des déchets ménagers dans cette ville. En sensibilisant la population et plus particulièrement les écoles elles ancrent la gestion responsable des déchets ménagers dans l’éducation et les modes de vie des habitants. Ainsi grâce à cela, dans l’avenir les déchets ménagers ne seront plus jetés dans la nature mais triés et recyclés sur l’ensemble du territoire de la ville de Goma en particulier et en RDC en général.

Sources :

    1. Cazenave, C. (2018) « Déchets dans le monde ;

    2. Eco Bali (2019) Responsible waste management and sustainable lifestyle in the island of Bali ;

    3. Badri, G. (2017) « Les déchets qui jonchent les plages de Bali ternissent le paysage », Le Figaro, 28 décembre ;

    4. C. BLALOGOE, Gestion des déchets solides ménagers à Cotonou : problèmes perspectives, 2003-2004,

    5. DOSSOU Issérée Joseph, L’explosion démographique et la gestion des déchets solides ménagers dans la ville d’Abomey- Calavi, 2002,

    6. Quant à Tatiana M. H. SISSINTO, Gestion des déchets solides ménagers dans la ville de Porto- novo : cas du premier arrondissement, 2004- 2005.

    7. Gabriel Kwami NYASSOGBO, Accumulation des ordures ménagères et dégradation de l’environnement : quelques pistes pour une viabilité environnementale dans le processus de développement africain », a abordé la problématique de l’accumulation des ordures ménagères dans les métropoles d’Afrique, 2005.

    8. Régie d’assainissement et des travaux publics de Kinshasa (RATPK), 2016


Youtube


Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /nfs/c06/h05/mnt/155100/domains/luchacongo.org/html/wp-content/themes/lucha relook final/include-autre-menu.php on line 31

Retrouver la LUCHA sur

Contactez-nous

Nous organisons & mobilisons les Congolais(es) à la base pour défendre nos droits & notre dignité, dans la non-violence.


Nous (re)joindre :

  • 📞Wtsp +243 974233390

  • Mail : lucha.rdc@gmail.com

  • Mail : info@luchacongo.com

  • www.facebook.com/lucha.rdcongo

  • Twitter : @luchaRDC

Copyright (c) 2017 lucha All Rights Reserved.