POINGS LIES ET BOUCHE COUSUE, LES MILITANTS DE LA LUCHA ARRETES A GOMA

Hier matin, nous avons choisi de marcher pour dénoncer la détention arbitraire de notre camarade Fred Bauma  et Yves Makwambala depuis maintenant un an.

Fred & Yve
Marche de Soutien à Fred BAUMA et Yves MAKWAMBALA

Comme nous l’autorise la constitution de la République Démocratique du Congo, nous avons rédigé une lettre d’information que nous avons envoyé à toutes les autorités compétente pour les tenir au informé de notre manifestation.

Cette marche pacifique( ici ), qui devait se dérouler dans le calme avec des amis, des militants et des membres de la famille de Fred Bauma a été réprimée par la police.

En effet, nous avions prévu une messe de Prière pour la libération de Fred & Yves et l’avènement de la liberté et la Justice dans notre pays à l’église Saint Esprit situé au Centre ville de Goma, mais malheureusement le curé de cette paroisse nous a informé la veille qu’il ne pourra plus célébré la messe, et cela sans aucune explication. Mais on se demande s’il a du subir des pressions de nos autorités pour annuler cette messe, et si tel est le cas, nous dénonçons avec force cette manipulation.

Déjà, très tôt le matins, une forte présence policière était visible dans plusieurs points de la ville de Goma. C’est à croire que les autorités n’ont toujours pas compris que nous sommes des jeunes paisible, patriotes et qui n’ont aucun projet négatif contre le pays. Au contraire, nous souhaitons le changement, la justice, le travail, et l’évolution de notre pays.

Malgré cette mobilisations d’une police armée jusqu’au dent, nous n’avons pas renoncé à notre manifestation.

Notre manifestation est légale et légitime. Et donc comme prévu, nous nous sommes réuni  au lieu de rendez-vous pour entamer notre marche pacifique. Mains liés, bouche cousue, nous nous sommes mis en fil indienne et nous avons tout fait pour éviter de gêner la circulation sur la voix publique. Nous avons soigneusement éviter les artères de la ville qui étaient encadré par les forces de l’ordre, mais 30 minutes après le début de notre marche de soutien et de demande de libération de Fred et Yve, une Jeep rempli des policier est venue nous interrompre et a embarqué une dizaine des militants qui n’ont opposé aucune résistance. D’autres militants qui étaient déjà à l’église Saint Esprit pour qu’on puisse se réunir dehors et prier ensemble quelques minutes, ont aussi été interpelés par la police.

Arrestation des militants pacifiques à Goma
Arrestation des militants de la Lucha ce Mardi 15 mars 2016

Nous tenons à préciser qu’aucun de nos militants n’a opposé de résistances « aux forces de l’ordre » , ou force du désordre si on peut les appeler comme ça. Au total, 19 de nos militants ont été arrêté aujourd’hui par la police.

Comment peut on s’en prendre au silence? Est-ce un crime de marcher en silence? La répression a atteint un tel niveau que ça en devient ridicule. Que vont-ils encore inventé comme délit que nous aurions commis? Le peuple est de notre coté, et la vérité aussi.

Nous dénonçons avec vigueur cette énième arrestation arbitraire et nous demandons la libération immédiate de nos camarade qui ont été arrêté aujourd’hui, et la libération de Fred et Yve qui sont détenu depuis un an maintenant à Kinshasa sans même avoir pu bénéficier d’un procès juste et équitable.

Depuis hier, Fred et Yve ont entamé une  grève de la faim pour dire « ASSEZ » et demander qu’ils soient traité comme des citoyens responsable et non comme des terroristes. Leur seul crime est d’avoir jouer leur rôle de patriotes, en se dévouant pour leur pays. 5 des six militants de la Lucha incarcérés à la prison centrale de Goma ont choisis d’entamer eux aussi une grève de la faim.

Fred et Yves HRW
Fred BAUMA et Yve MAKWAMBALA

Cette répression sans précédent devrait incité les congolais à se réveiller et à dire non à ceux qui ne cessent de violer notre constitution. Le monde entier nous regarde et nous n’avons plus droit à l’erreur. L’objectif de ces arrestations est de nous faire peur, et nous dissuader de continuer la lutte. Aujourd’hui, des milliers des congolais se joignent à notre mouvement, alors montrons-leur qu’on est une nouvelle jeunesse, consciencieuse, et soucieuse de son avenir et de son indépendance. Alors, soyez les bienvenus, le Congo nous appartient à tous.

Jugez par vous-même: Cette video montre la marche pacifique de notre mouvement qui a été subitement interrompue par la police congolaise qui a arrêté plus de 19 militants. En ce moment même, ils sont entrain d’être torturé et interrogé dans les bureaux Police à Goma. De quoi vont-ils encore nous accuser ? #Telema

 

Vive la liberté pour Fred et Yve

Vive la liberté pour tout nos militants emprisonné

Vive la Lucha ( #FreeFred , #FreeYves , #FreeLucha , #FaimDeLiberte )

Fait à Goma le 16/03/2016

Par Amani.

Lucha RDC

 

Congolese author dedicates book to Fred Bauma and Lucha

A Congolese author dedicated his book to Fred Bauma and the citizen movement La Lucha.

[quote]I dedicate this book to Fred Bauma and his Lucha colleagues for the sacrifices they have borne. »[/quote]

Thank you for this sign of recognition, dear Felicien Maisha.

Fred, Yves, your sacrifice is not in vain. You continue to inspire and serve as models for millions of young Congolese. You can be proud of yourself! As for freedom, you will return to it soon. This is a certainty…

For the Congo, are fighting by our voices, our arms, our courses, our pens, our blood! The Congo has that we, his daughters and his sons, to recover and dignifying.

Has the Lucha!

dedication

Un auteur congolais dédie son livre à Fred Bauma et au Lucha

Un auteur congolais dédie son livre à Fred Bauma et au mouvement citoyen @luchaRDC. Merci pour ce signe de reconnaissance, cher Félicien Maisha.

Fred, Yves, votre sacrifice n’est pas vain. Vous continuez d’inspirer et de servir de modèles à des millions de jeunes Congolaises et Congolais. Vous pouvez être fiers de vous ! Quant à la liberté, vous la recouvrirez bientôt, c’est une certitude…

Pour le Congo, luttons par nos voix, nos bras, nos cœurs, nos plumes, notre sang ! Le Congo n’a que nous, ses filles et ses fils, pour se relever et se dignifier.

A la Lucha !

dedication

Notre manifestation de ce lundi

Notre manifestation de ce lundi est terminée. Aucun incident signalé. La police déployée sur le lieu n’est pas intervenue comme à son habitude pour intimider, agresser ou arrêter. Et nous-mêmes, comme à notre habitude, nous avons manifesté pacifiquement, dans le respect de l’ordre public, et avec beaucoup de dignité. Nos messages étaient on ne peut plus clairs :
1. Il faut un processus électoral régulier (respectueux des délais constitutionnels) et démocratique, ainsi qu’une alternance politique apaisée en 2016 pour garantir la consolidation de cette paix que notre peuple veut de tous ses vœux.
2. Il faut mettre fin aux massacres de nos compatriotes dans la région de Beni, ainsi qu’on phénomène de kidnappings qui est apparu au Nord-Kivu, en démantelant tous les groupes armés et les réseaux criminels qui opèrent jusqu’ici en toute impunité. La MONUSCO, qui ne fait rien depuis une année, doit jouer le rôle défini dans son mandat.

3. Il faut libérer nos camarades Fred Bauma et Yves Makwambala, qui sont à leur septième mois de détention arbitraire et injustifiée à Kinshasa, et assurer le libre exercice des droits et libertés publiques à tous les Congolais, dans la diversité de leurs idées et leurs opinions. Il est inacceptable que le système judiciaire se soit aussi mué en un instrument de répression des citoyens, alors qu’il devait être leur dernier rempart contre l’injustice et l’arbitraire.Merci à toutes celles et tous ceux qui ont répondu très nombreux à notre appel en se joignant à la manifestation pacifique. La lutte continue !

2015 09 21 Lucha 2

Légende photo : Quelques militantes et militants de la Lucha ce matin, lors d’une concertation après la manifestation place de la République (ex esplanade de l’ONC) à Goma. Les photos de la manifestation proprement dite vont suivre.

Fred Bauma reste un de Notre

RDC: Une trentaine de personnalités du monde entier signent une lettre ouverte demandant la libération de deux jeunes militants détenus à Kinshasa depuis plus de trois mois

A qui de droit

Libérez Fred Bauma et Yves Makwambala.

Ne laissez pas mourir les aspirations démocratiques de la jeunesse congolaise

Le 15 mars 2015, Fred Bauma et Yves Makwambala ont été arrêtés à Kinshasa. Ils appartiennent aux mouvements citoyens La Lucha (Fred) et Filimbi (Yves). Ces deux mouvements de jeunes mettent la bonne gouvernance au centre de leur action et souhaitent conscientiser la population sur les droits et les obligations de toutes les parties concernées dans une démocratie. Ils exigent des autorités qu’elles disent ce qu’elles font et fassent ce qu’elles disent. Ils encouragent la population à exiger ses droits. Ils mettent la redevabilité au centre et ils utilisent leur propre génération comme levier : une jeunesse qui est démographiquement importante mais qui est marginalisée dans le processus démocratique.
Le crime de Fred et Yves : se réunir avec une trentaine d’activistes pro-démocratie venus de différents pays d’Afrique pour un échange d’expériences sur le thème « Jeunesse et Citoyenneté ». La réunion avait pourtant été autorisée par les services étatiques compétents et bénéficiait du soutien de l’ETATS-UNISID, l’agence de développement américaine.
Aujourd’hui, plus de trois mois plus tard, Fred et Yves sont toujours en prison. Ils ont été transférés à la prison centrale de Makala à Kinshasa début mai, après avoir passé presque deux mois au secret dans des cachots de l’Agence Nationale de Renseignements (ANR). Durant cette période ils ne purent être visités par leurs avocats.


Leur procès s’est finalement ouvert le 26 juin. Ils sont inculpés d’appartenance à une association formée dans le but d’attenter aux personnes et aux biens ; d’avoir comploté contre la vie ou contre la personne du Chef de l’Etat ; et d’avoir tenté de détruire ou de changer le régime constitutionnel, ou d’avoir incité des personnes à s’armer contre l’autorité de l’Etat. Les autorités ont aussi accusé Fred d’avoir troublé l’ordre public, et Yves d’avoir publiquement offensé le chef de l’Etat.
Fred et Yves n’ont jamais comploté contre le président en place. Ils n’ont trahi personne, et certainement pas la nation congolaise, à laquelle ils sont profondément attachés. Fred et Yves sont des jeunes congolais engagés pour une citoyenneté active. Comme nous, ils sont profondément attachés aux valeurs démocratiques. Ils symbolisent les espoirs de changement vers plus de paix, de démocratie et de développement en RDC.
A ce titre, nous, citoyens congolais et non-congolais qui tenons la démocratie en RDC au coeur, considérons leur détention comme arbitraire, injuste et indigne. Elle constitue une violation grave de la liberté d’expression, d’association et de réunion prônée par la constitution de la RDC et la déclaration universelle des droits de l’homme dont la RDC est signataire. Nous soutenons dès lors l’Assemblée nationale de la RD Congo qui, selon des membres du parlement qui ont assisté au débat sur la question, a recommandé une « solution politique » pour libérer ces deux activistes. Nous demandons ainsi que Fred et Yves soient immédiatement libérés, sous aucune condition, et qu’ils soient autorisés à continuer leurs activités civiques dans le cadre de leur mouvement respectif, sans être inquiétés.

Signataires :
1. Arnaud Zacharie, Secrétaire Général du Centre National de Coopération au Développement (CNCD-11.11.11) – Belgique
2. Bart Staes, Eurodéputé – Belgique
3. Bob Kazadi Kabamba, Professeur à l’Université de Liège (ULG) – RDCongo
4. Christiane Kayser, Consultante internationale spécialisé dans la Région des Grands Lacs – Allemagne
5. Christoph Vogel, Chercheur spécialisé dans la Région des Grands Lacs – Allemagne
6. Claudy Siar, Journaliste et panafricaniste – France
7. Clément Boursin, l’Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture, ACAT/France – France
8. David Van Reybrouck, Chercheur et écrivain, auteur du livre « Congo une Histoire » – Belgique
9. Devon Curtis, Professeur en Politique Internationale à Cambridge University – Royaume Uni
10. Dirk Van der Maelen, Parlementaire Belge – Belgique
11. Dominic Johnson, Journaliste – Allemagne
12. Elizabeth Barad, New York City Bar Association – Etats-Unis
13. Emanuela Baio Dossi, Sénatrice italienne, Membre de la Commission spéciale pour la protection et la promotion des droits de l’homme – Italie
14. Flaubert Djateng, Coordonateur de Zenü Network – Cameroun
15. Herbert Weiss, Professeur émérite à la City University of New York – Etats-Unis
16. Isabelle Durant, Députée bruxelloise – Belgique
17. Jason Stearns, Chercheur et écrivain, Directeur du Programme Oussalama – Etats-Unis
18. Jean Claude Willame, Professeur et écrivain, Spécialiste de l’Afrique centrale – Belgique
19. Juvénal Munubo Mubi, Député national RDCongo – RDCongo
20. Kris Berwouts, Consultant et analyste indépendant sur la sécurité, les conflits et la démocratie en Afrique Centrale – Belgique
21. Letieia de Torre, Parlementaire italienne, Chambre des députés – Italie
22. Mark Demesmaeker, Eurodéputé – Belgique
23. Maria Pia Garavaglia, Sénatrice italienne – Italie
24. Micheline Mwendike Kamate, Militante de la LUCHA – RDCongo
25. Muhindo Butondo Nzangi, Député National RDCongo – RDCongo
26. Mvemba Phezo Dizolele, Ecrivain, analyste sur la politique internationale et journaliste indépendant, professeur à John Hopkins University SAIS de Washington DC – RDCongo
27. Paul Higate, Professeur à Bristol University – Royaume Uni
28. Paul Kirby, Professeur à Sussex University – Royaume Uni
29. Philippe Hensmans, Directeur de Amnesty International Belgique – Belgique
30. Philippe Lamberts, Eurodéputé – Belgique
31. Sabine de Bethune, Sénatrice et ex-présidente du Sénat belge – Belgique
32. Sharath Srinivasan, Directeur du Centre de Gouvernance et de Droits de l’Homme à Cambridge University – Royaume Uni
33. Teresio Delfino, Ancien Député, Sénateur et Ministre italien – Italie

 

 

234 organisations exigent la libération de Fred Bauma et Yves Makwambala

15 Juin 2015.

234 organisations (dont 14 organisations internationales et 220 organisations Congolaises) ont exigé la libération de nos camarades Fred Bauma et Yves Makwambala, celle de tous les autres activistes de la société civile et acteurs politiques détenus sans motif valable, ainsi que le respect de la liberté d’expression, d’opinion et de rassemblements pacifiques à la veille des élections.

Le 15 juin 2015 marquait 3 mois, jour pour jour, depuis que Fred et Yves ont été arrêtés et détenus d’abord au secret à l’ANR, et ensuite à la prison de Makala à Kinshasa. Samedi 13 juin, le Parlement a adopté une Résolution appelant à une « solution politique » pour leur libération pure et simple, après avoir constaté que cette affaire n’avait rien de judiciaire. Les organisateurs de l’atelier ont tous été libérés, d’autres ont dû s’exiler.

Merci à toutes ces organisations pour leur inestimable soutien. La justice doit triompher !


Lire la déclaration de ces organisations en Français ici, et en Anglais ici.

 

MOBILISONS NOUS POUR LA DEMOCRATIE

Du 5 au 15 avril 2015, pendant 5 minutes, entre 19h00-19h05 heure de Goma (18h00-18h05 heure de Kinshasa), nous appelons toute la population à faire du bruit, avec des sifflets, des klaxons, des casseroles, des bidons, des tôles, … pour envoyer aux autorités les trois messages clés suivants :

  • filimbi 1Libérez les jeunes activistes que vous détenez encore au secret, depuis leur arrestation le 15 Mars 2015 à Kinshasa, car être un citoyen engagé dans son pays n’est pas un crime;
  • Garantissez aux citoyens le libre exercice de leurs libertés publiques (liberté d’expression, d’association, de rassemblement pacifique, …), en particulier à cette période où nous attendons la première alternance démocratique à la tête de l’Etat, et des élections démocratiques, libres et transparentes;
  • Le peuple Congolais ne va jamais accepter des méthodes qui tendent à le ramener à la dictature et à la pensée unique; nous sommes déterminés à défendre nos droits et nos libertés, de grâce laissez-nous le faire sans violence.

Nous espérons que dans les 10 jours , les autorités auront répondu au cri de la population. Sans quoi l’action pourra être prolongée, et d’autres actions envisagées.

Nous tenons à nous exprimer par tous les moyens, mais toujours dans la non-violence et le respect des lois. Les armes et la violence ont fait beaucoup trop de dégâts dans notre pays, il ne faut pas que les autorités donnent l’impression que c’est le seul langage qu’elles peuvent entendre.

Mobilisons nous pour la democratie

Du 5 au 15 avril 2015, pendant 5 minutes, entre 19h00-19h05 heure de Goma (18h00-18h05 heure de Kinshasa), nous appelons toute la population à faire du bruit, avec des sifflets, des klaxons, des casseroles, des bidons, des tôles, … pour envoyer aux autorités les trois messages clés suivants :

  • filimbi 1Libérez les jeunes activistes que vous détenez encore au secret, depuis leur arrestation le 15 Mars 2015 à Kinshasa, car être un citoyen engagé dans son pays n’est pas un crime;
  • Garantissez aux citoyens le libre exercice de leurs libertés publiques (liberté d’expression, d’association, de rassemblement pacifique, …), en particulier à cette période où nous attendons la première alternance démocratique à la tête de l’Etat, et des élections démocratiques, libres et transparentes;
  • Le peuple Congolais ne va jamais accepter des méthodes qui tendent à le ramener à la dictature et à la pensée unique; nous sommes déterminés à défendre nos droits et nos libertés, de grâce laissez-nous le faire sans violence.

Nous espérons que dans les 10 jours , les autorités auront répondu au cri de la population. Sans quoi l’action pourra être prolongée, et d’autres actions envisagées.

Nous tenons à nous exprimer par tous les moyens, mais toujours dans la non-violence et le respect des lois. Les armes et la violence ont fait beaucoup trop de dégâts dans notre pays, il ne faut pas que les autorités donnent l’impression que c’est le seul langage qu’elles peuvent entendre.