Julien Paluku reconnaît publiquement sa résponsabilité directe dans la répression systématique

URGENT ! Julien Paluku, gouverneur du Nord-Kivu, reconnaît publiquement sa résponsabilité directe dans la répression systématique de nos actions, sous couvert de la « Justice » qui agit donc sous ses ordres. Mais au-delà, il reconnaît que la restriction systématique des libertés publiques dans le pays est une politique délibérée du gouvernement pour anéantir tout éveil citoyen de la jeunesse, au moment où les manœuvres pour maintenir Joseph Kabila au pouvoir en violation de la constitution se poursuivent. Suivez attentivement cet enregistrement des propos de Julien Paluku ce vendredi 18 février 2016 à son retour à Goma, après un long séjour à Kinshasa, et ses entretiens privés avec le president Joseph Kabila : https://m.youtube.com/watch?v=MR909pCV20g&feature=youtu.be. Suivez jusqu’au bout svp !

Quand nous disions que toutes les arrestations arbitraires et les condamnations des jeunes à Goma étaient l’œuvre de Julien Paluku, certains en avaient douté. Ses aveux tombent à propos !

Les dernières victimes en date de Julien Paluku sont nos 18 camarades arrêtés depuis mardi dernier pendant une marche silencieuse, et qui viennent de passer une troisième nuit au misérable cachot du parquet de grande instance. Otages d’une Justice aux ordres, leur liberté nous est proposée au prix de 100.000 francs congolais la tete, exactement comme dans les cas de kidnapping qui sont devenus courants au Nord-Kivu. Un ranconnage aussi honteux qu’indécent d’autant plus qu’il n’émane pas de bandits « non autrement identifiés », mais des pouvoirs publics !

En vue de montrer que nous n’avons pas peur et témoigner de notre solidarité envers ces 18 braves jeunes, retrouvons nous très nombreux au parquet de grande instance ce samedi à partir de 7h30. Informez vos amis et faites circuler l’information aussi loin que possible afin que nous disions haut et fort au monde que nous, les jeunes congolais, n’allons renoncer à notre liberté pour rien au monde !

A la Lucha !

 

 

366th day of Fred Bauma and Yves Makwambala in prison — TOO much

My dear friend

How are you? How were your days when you were detained at secret National Intelligence Agency? How you spend your time during your days and nights in prison? There are certainly violent inmates, how you defend yourself, how you protect yourself? I have so many questions to ask you. We will have long conversations when you are out of prison. Coming soon.

Since the first day of your arrest, your secret detention, when you appeared before the courts in Kinshasa and your transfer to Makala, I have kept thinking that your freedom is coming soon. I have hope, and nobody can take it away. It is this hope that gives life.

This challenging adventure is just a year, but the passage of time has not affected my convictions or my commitment that I share with you and all the other activists. The power of your resistance is felt by me and by thousands of young people around the world. This prison sentences for trying to be a good citizen makes me become strong in facing the injustices that you are forced to become the symbol of. Your courage is exceptional because you now walk the path of death, and you will not loose.

The little phrase that you sent me from your cell Makala finally reached me … I repeat to you and to me and to all activists who are still willing to risk their lives for values and to replace the unacceptable and abnormal that have become the rule of the Congolese system.

« If you can not walk, crawl. But at all costs keep going!! »

We move forward, some in prison and others outside prison. I’m not so free in this Europe that is locked within its own walls. The miss the intense life of home, I miss very much our talks with your animated voice and surprising ideas. I miss Goma, I miss my country. I miss you. I plan to come back soon to see across the beauty and misery of my people, this is the ultimate therapy after those days outside my country, away from my mission. Laugh with those who laugh, cry with those weeping, struggling with those who struggle.

You know, I never imagined that loyal acts cold lead to prison for long periods, while leaders of armed groups who killed and who killed our fathers, our mothers, our brothers, are always rewarded with political positions and military ranks. Wheeler-soldiers, and politician embezzlers of public funds circulate freely.

I never imagined that you would you be imprisoned and accused of such great things and venture the biggest award. You do not know measure the anxiety that I had listening to the charges mounted in a big deceitful piece against you. It’s amazing that a state, our state has become so oppressive to us, its own youth.

Now a long year has closed. It dreams of your liberation. It’s too small as a dream, but I am condemned to it. Our dreams were splendid! Ecology, health, entrepreneurship, change the system. I no longer think as before. With you in jail, I dream of your liberation. We dream small to be realistic.

Now that the electoral mandates are being worn away, they are not ashamed of wanting to change the rules of the game and stay in power. Our fight is reduced to requesting releases and seeking political interventions despite clear provisions in the Constitution for freedom and democracy.

You, you are on the front line of all fronts.

We tireless ask for your outright release and at this one year mark, we still have not received anything. It should not happen like that, they should not take you away, they should not imprison you. Everything was wrong from the start. It’s hard to fight for the release when the accusations are false and fabricated and even the arrest of the person was unfair.

Non-violence, dignity, responsibility, the famous « Take up the struggle  » and « risk together » and yet they trampled our unconditional love for our country and all the motivations and principles that drive us to fight to build a Congo that looks like us.

My dear friend,

Your sacrifice imposes many meanings. Your imprisonment gave a deeper meaning to our history. It reveals the animosity of the current ruling class. You are the living testimony of the dictatorship that was hidden under the democratic institutions facades. Those who run the institutions had not understood that the generation of the president-for-life has grown old and we are now in the Democratic Republic of Congo. That democracy is the rule. The Constitution is the guide. You bear the suffering from this painful transition from dictatorship to democracy.

For the ruling class, the contradictory discourse of the different authorities sometimes verges on humour. I have a feeling they are touched by the courage and determination of young people, although they are not yet able to overcome their avarice. I invite them to visit you to know you more. I think if they met you, if they took the time to listen to you and talk to you, they would apologize for having called you a terrorist; they would ask forgiveness for these days they steal from your life.

From a distance when I fixe my gaze to the Congo, I see your predators agitated as passengers who are on a boat that is sinking. Their incendiary speech about us rings in my ears like rather coarse distress calls by individuals. And I always say, we must not let them die, we must do our part to make them aware of their inordinate selfishness. So, the speeches of politicians encourage me to take up the struggle even more.

Your imprisonment has highlighted the role of the security services and those of the Congolese information that will mobilize when they suspect that the interests of some people in danger. Their intuition is often wrong. As for the specific case of our movement, it is the interests of the people that count.

Your imprisonment has unleashed languages: issues related to the change of the constitution have become constant news and you the eternal scapegoat that is pulled by for and against democracy. I no longer count the numbers of press conferences of the government about you! And convictions and concerns of States and organizations in the defense of Human Rights on the situation of democracy in our country.

Your jail has opened a series of arrests of youth of our movement. I realized that we are in the sights of those who keep you in jail, they want to destroy us. They want to discourage young people from taking responsibility for the country’s future. Day by day they take bad decisions against us and unfortunately against themselves. If I were them, I would not celebrate me. They use too much energy to destroy us when we are too small, young single people. To annihilate us it would be enough to respect the country’s constitution and leave us alone. But when they mix unfairly all institutions of the country for their interests, they mobilize the people in the struggle, they attract to us all media organizations and human rights. In a word, they occupy too much of our advertising and our training in democracy. For example, in judgments on the Congolese justice I trusted lawyers, but there, without asking advice to lawyers, I can give concrete and personalized case to prove that the retributive power, the mother of the nation « justice » is no more independent. It became a mass destruction weapon in the service of executive power. It’s annoying but that’s it.

For us, the consequences are severe: Trésor Akili, Gentil Mulume, Sylvain Kambere et Vincent Kasereka have faced months in prison. They were sentenced to 6 months suspended sentences for mobilizing people to join Filimbi to support you and the cause of democracy. Then the despicable imprisonment and unjust convictions of Juvin Kombi and Pascal Byumanine and 7 companions for taking part in mourning ceremonies for slain citizens in Beni. And despite all their responsible citizenship, Serge Sivyavuha, Justin Kambale, Ghislain Muhiwa, Mike Kamundu et John Assyenda et Rebecca Kavugho are being imprisoned on wrongful convictions. And Bienvenu Matumo et Thierry Kapitene were taken and have joined you in Makala prison do without organizing anything or saying anything, or doing anything wrong. And my friend Yves, how is he? I did not know him before he was arrested, but now I carry him in my heart. I look forward to meeting him. You know that with them, you are my hero.

I could write to all my friends to express my feeling and join them in this difficult time. But that will have to wait.

Your imprisonment has also taught me that we are not alone. That young people of Congo and the entire world are with us on the open Facebook page in solidarity with you and Yves Makwambala, we saw young photos of all races, from all continents scribble on their bodies the famous #FreeFred #FreeYves hashtag on Twitter, we see the popular #FreeLucha born! It is encouraging to feel support!

I know we will get through this struggle that imposes extreme sacrifices for building our country in our image. Evil has come too far, the change of regimes does not do enough for us anymore…

My dear friend, you must know that in my eyes, you are a free man even in prison. And promise me that even there you must fight for your survival at least. The fight seems long and hard. Always take care of yourself. Fighting at least not to die. Do not accept dying either physically or intellectually or morally.

Before I finish, let me tell you a joy: Fred, we are the people we dream, we are young people who are building, with bare hands, the future of our country, at the cost of our blood. With pain and dignity, we are building the country of our dreams without any protection, without substantial support. Now, our democracy will no longer be an exported ‘copy and paste’ system of political lobbying. We are the witnesses and actors in our work. While we’re at such a low level on the scale that we have to climb up, but with fire in our hearts, we go … however long it takes, we will get there.

The path we have chosen, that of nonviolence, of respect for the dignity of the person, of responsibility and independence, love, education, of responsible citizenship, is the longest but it is most effective. It will happen… The pride of our people, one day it will be nobly found. I am sure, because we exist, because you prove it by braving the greatest fear, death. All members of our movement risk death by remaining in the country where the current government does not just want to take care of the most basic problems of the people and instead of fulfilling its obligations, it targets us for elimination.

We are the Congo’s worthy sons and daughters! It is true, and more …

It takes courage to continue the fight and to survive, to be brave and express what you think. I also try to be this. You have the support of many people who are tired of injustice.

I’m glad to I met you through LUCHA and have you as a friend. I’m happy that through the struggle, I met a person as special as you, a young Congolese man who has the greatness to bear the challenges that have fallen upon him.

Many of us who are waiting for you outside the walls of the Makala prison. Justice will prevail, the people will win …

In a few days will be your birthday, for this special event for your family and for your friends and for all those who love you, I offer my support and I confirm you that you can still count on me. I pray for you and for our struggle.

A patriotic hug

See you soon !

Micheline Mwendike

Répression violente de notre manifestation du 28 novembre 2015 à Goma : nous brisons le silence !

#RDC: Des centaines de morts à Beni, et on n’a même pas le droit de faire leur deuil !? Retour sur la répression ce samedi 28 novembre 2015 de la manifestation pacifique que nous avions organisée à Majengo au nord de Goma.

  1. RAPPEL DES FAITS : Depuis plus de 12 mois, il ne se passe pas une seule semaine sans que nos compatriotes de la région de Beni soient la cible de tueries barbares (à la machette et autres armes blenches, mais parfois aussi par balles, incendies de maisons et de véhicules, etc.). Ce massacre continuel a déjà fait près de 600 victimes en seulement une année : enfants, femmes, hommes, commerçants, villageois, …

  2. Depuis le début, le mouvement citoyen LUCHA (Lutte pour le Changement) dénonce ces massacres qui se commettent souvent au nez et à la barbe de l’armée, la police, les services de renseignement, et la Monusco tous présents dans la zone. Notre question est celle de tous les Congolais, et en premier lieu de nos compatriotes qui subissent nuit et jour cette situation dans leur chair : nos autorités sont-elles incapables de mettre fin à ces massacres; de trouver et juger ses auteurs ? Ou sont-elles complices ? Car comment expliquer que pendant plus d’une année les auteurs de ces massacres continuent leur besogne et qu’aucun d’entre eux n’a été présenté à la population et jugé ? On nous dit que ce sont les ADF/NALU ougandais, peut-être bien. Mais pourquoi n’engage-t-on pas une offensive de grande envergure pour les déloger de cette région et mettre définitivement fin au calvaire de la population ? On dit qu’il y aurait des complicités locales : mais combien a-t-on arrêtés et jugés parmi ces complices, de façon transparente et objective ? Pourquoi la mort du Colonel Mamadou et du Général Bahuma en pleine opération Sukola 1, dans des conditions très troubles pour la plupart de nos concitoyens ?

  3. En hommage aux victimes de ces massacres, mais aussi pour rappeler aux autorités que nous on n’oublie pas nos frères et soeurs de Beni; que nous (contrairement peut-être à la plupart de ces autorités) on ne dort pas tranquillement tant qu’il y a quelque part des Congolais qui meurent et qui souffrent, la LUCHA a organisé plusieurs actions citoyennes (marches, sit-in, deuils, …). Dans toutes ces actions, notre but était de demander aux autorités de 1) mobiliser tous les moyens de l’Etat pour arrêter ces massacres le plus vite possible; 2) assister les familles des victimes au nom de la solidarité nationale 3) identifier de façon incontestable, trouver et éliminer ou juger les responsables de ces massacres, qu’ils soient auteurs directs, commanditaires, ou complices. C’est dans ce même ordre d’actions que ce samedi 28 novembre 2015 nous avions organisé un « deuil populaire » en plein air à Majengo (un quartier populaire au nord de la ville de Goma).

  4. CE QUI S’EST PASSE à Majengo le samedi 28 novembre 2015: Le deuil devait déibuter à 8h00 du matin. Depuis plusieurs jours, des militants de la LUCHA avaient sillonné les avenues, marchés et ruelles du quartier Majengo pour appeler les habitants à participer massivement à ce moment de recuillement et d’appel à l’action des autorités par rapport à la tragédie de Beni. La Mairie de Goma avait été régulièrement informée par écrit de cette manifestation pacifique (voir accusé de réception parmi les photos ci-jointes). Le Maire de Goma, Dieudonné Malere Ma-Micho, s’était même entretenu personnellement avec une délégation du mouvement citoyen LUCHA la veille de la manifestation. Bien qu’il avait proféré des menaces insensées, il avait quand même été informé conformément à la constitution, et n’avait pas interdit que la manifestation se tienne (encore que constitutionnellement il n’en a aucun pouvoir).

  5. La manifestation a donc commencé à 8h00 comme prévu. Plus de 500 personnes (femmes, enfants, hommes, vieux, jeunes) s’étaient rassemblés le long de la route dite « Kibarabara » dans un esprit de recueillement, et dans une grande dignité. Des messages étaient inscrits sur quelques banderoles pour dire « Massacres de Beni, pourquoi ce silence? » ou encore « Tunataka amani iruye Beni haraka » (ce qui signifie « Nous voulons que la paix soit rétablie rapidement à Beni »). Un feu était allumé au milieu de la foule en signe de deuil, comme le veulent nos coutumes. Des témoignages et autres messages étaient donnés par les participants à tour de rôle. Soudain, vers 8h45, une centaine de policiers et militaires, dont la plupart étaient armés d’armes à feu, vont faire irruption au lieu de la manifestaion. Ils sont venus certains à pied dans de longues files indiennes, d’autres par des jeeps de la police et de l’armée. Ils vont se positionner le long de la route et, sans aucune sommation, commencer à tirer des bombes lacrymogènes et des balles réelles dans la foule. Les gens vont alors courir dans tous les sens, pendant que les militants de notre mouvement qui étaient chargés de veuiller au bon déroulement de la manifestation essaient de raisonner le commandant de la police déployée sur place, sans succès.

  6. BILAN provisoire :

Dans la foulée, la répression extrêmement violente de la « Police des Polices » commandée par un certain Colonel Job Alisa, a fait :
– Au moins deux personnes ont été blessées par les balles de la police, dont une fille de 14 ans répondant au nom de Furaha qui a reçu une balle dans la jambe gauche. La jeune fille est actuellement soignée dans un hôpital de la place. Nous ne savons pas encore où le second blessé par balle a été amené.
– 12 personnes violemment arrêtées et conduites au cachot de la Police des Polices de Goma (Virunga, non loin de la prison Munzenze), dont 2 militants de la LUCHA Juvin Kombi (diplômé en droit de l’Université de Goma) et Pascal Byumanine (étudiant à l’ULPGL). Ces 12 personnes ont été battues pendant leur arrestation, leur transfert au cachot, et même pendant leur audition, en plus d’être dépouillées de tous leurs biens. Parmi elles il y a aussi deux élèves, dont un jeune mineur de 17 ans.
– De l’argent, des téléphones et autres biens des participants à la manifestation pacifique et de simples passants volés par les policiers dans leur incroyable furie.
– Le soir de ce même samedi, alors qu’il apportait un peu de nourriture aux 12 personnes arrêtées, le militant Ghislain Muhiwa a été à son tour violemment interpellé par les policiers, passé à tabat, ses vêtement déchirés, puis il a été interrogé pendant près de 45 minutes, avant d’être jeté à l’extérieur du petit enclos.
– Les policiers de garde exigent systématiquement une rançon de 500 Francs Congolais à chaque fois que quelqu’un veut voir un des détenus ou lui remettre quelque chose à manger.
– A part la jeune FURAHA hôspitalisée, les 12 autres détenus ont tous besoins d’être soignés. Certains ont des douleurs aux membres, d’autres des brûlures. Juvin Kombi a la lèvre inférieur gonflée et des douleurs à la tête à cause des coups qu’il a reçus. De plus ils ont besoin d’être assistés par des avocats (droit qui ne leur a pas été signifié lors de l’arrestation ni avant les auditions).
  1. ACCUSATIONS RIDICULES DES AUTORITES (Police et Mairie de Goma) pour essayer de se dédouaner de cette violente répression : Contrairement aux allégations ridicules de certaines autorités entendues dans certains médias,

– La manifestation était pacifique. Dans près de 4 ans d’existence du mouvement citoyen LUCHA, jamais nous n’avons fait recours à la violence sous quelque forme que ce soit. Nous prêchons les actions non-violente comme alternative à la violence qui n’a fait que trop de mal à notre pays et notre peuple depuis des décennies. a LUCHA est et restera toujours un mouvement citoyen non-violent, pacifique, et non-partisan.
– Les autorités avaient été régulièrement informées par écrit (la preuve ci-annexée). Une délégation de notre mouvement a même été reçue la veille de la manifestation par le Maire Dieudonné Malere en personne pour un échange à ce sujet. Les policiers qui ont intervenu pour réprimer ont vu l’accusé de réception de l’avis de manifestation paciffique, et l’ont déchiré au vu de tout le monde. Heureusement que nous avions pris le soin de garder une photo.
– Le commandant de la Police des Police, Colonel Alisa Job, a même, dans un entretien avec une délégation de Human Rights Watch, osé affirmer qu’il y avait parmi les manifestants quelqu’un qui portait une arme et qui a été le premier à tirer avant la police; que cette personne aurait été identifiée comme « Pitchou » par les habitants. Cette allégation est complètement fausse et ridicule. C’est clairement une tentative de nous faire porter la responsabilité de la violence, et, au-delà, de présenter notre mouvement citoyen comme un mouvement subversif et violent comme les autorités ont déjà tenté de le faire, sans succès hélas car l’histoire et les faits parlent toujours pour nous.
  1. CE QUE NOUS DEMANDONS :

– Nous condamnons fermement cette Nème atteinte au droit constituellement reconnu à tout congolais de manifester pacifiquement, de penser et de s’exprimer librement.
– Nous demandons la libération pure et simple de toutes les personnes arrêtées, y compris les jeunes militants Juvin Kombi et Pascal Byumanine, nos deux camarades de lutte.
– Nous exigeons la suspension immédiate du Colonel Job Alisa de la Police des Polices et son déféremment devant la justice militaire pour qu’il réponde des infractions commis par son Unité;
– Nous demandons au Commaissaire Provincial de la PNC le Général Awashango Vital, au Maire Dieudonné Malere et au Gouverneur Julien Paluku de veiller personnellement à ce que la vie, l’intégrité physique et les droits des personnes arrêtées soit sauvagardés. Autrement ils en seraient tenus personnellement responsables devant la loi.
– Nous demandons à ce que la Justice militaire puisse enquêter rapidement sur ce qui s’est passé et punir les policiers qui ont fait un usage disproportionné et inutile de la force (armes à feu, bombes lacrymogènes, …) ainsi que leus donneurs d’ordre;
– Nous demandons à ce que l’Etat puisse prendre en charge les soins de santé des personnes blessées et les indemniser pour les préjudices subis;
– Nous demandons la convocation par le gouvernement d’un forum populaire pour expliquer à la population ce qui se passe à Beni, qui sont les responsables, et quand est-ce qu’on va y mettre fin
– Nous réitérons enfin notre appel aux autorités pour respecter les droits et les libertés fondamentales des Congolais, surtout en cette période pré-électorale
  1. CE QUE VOUS POUVEZ FAIRE en tant que citoyen face à cet événement :

Envoyer un SMS ou appeler les autorités (police, Mairie, Gouverneur, ministres, députés, …) pour leur demander de libérer immédiatement les personnes arrêtées.

Voici quelques coordonnées :

> Gén. Awashango Umia Vital, Commissaire Provincial PNC Nord-Kivu : +243 99 99 52 617

> Malere Dieudonné, Maire de Goma : +243 81 53 07 230

> Colonel Job Alisa, Commissaire Supérieur Police des Polices pour la ville de Goma : +243 840 302 051.

Par ailleurs, vous pouvez :

– Changer votre photo de profil sur Facebook par une bannière « #FreeLucha #AmaniBeni et partager cette information avec vos amis, contacts, …
– Diffuser cette information et d’autres de nos publications sur les radios, les télés, ou sur vos réseaux sociaux
– Envoyer une contribution pour donner de la nourriture et des médicamenets aux blessés et aux personnes arrêtées via notre numéro +243 99 4645 977 (par exemple par Airtel Money) ou nous contacter à ce numéro pour d’autres fins
– Si vous êtes avocat, défenseur judiciaire ou défenseur des droits de l’Homme, vous porter volontaire pour assister les personnes détenues

Mais surtout, vous pouvez REJOINDRE LA LUCHA et faire partie de cette nouvelle jeunesse Congolaise déterminée à défendre les droits et la dignité de son Peuple face à toute dérive dictatoriale et aux injustices.

En tout cas, pour la nous, la lutte continue…

Car le Congo ne sera sauvé que par ses filles et fils.

A la Lucha !

 

 

MANIFESTATION ce vendredi 9/10/2015 à ‪‎Goma‬ contre intervention Rwandaise

MANIFESTATION ce vendredi 9/10/2015 à ‪#‎Goma‬ contre intervention Rwandaise en RDC.

Lisez notre déclaration ci-dessous.

Rappel : La manifestation pacifique se tiendra devant le quartier général de la Monusco à Goma (vers le lac, où opère Radio Okapi) à partir de 8h30. Rejoignez une jeunesse qui refuse de subir l’histoire de son pays, mais est déterminée à en être un acteur incontournable ! L’avenir de notre pays s’écrit maintenant, unissons-nos forces pour l’écrire ensemble, par nous-mêmes !

Besoin de contact ? Nos coordonnées se trouvent ci-dessous.

Photo : le Général James Kabarebe, ancien Chef d’Etat-major de l’armée rwandaise et actuel ministre de la défense du Rwanda. Responsable de multiples crimes graves sur le sol Congolais.

Téléchargez cette déclaration en PDF ici : https://drive.google.com/…/0B0r114rrPo25RlVqeUttdS13d…/view…

———————————————————

 

DECLARATION n°45/102015

La problématique des FDLR et des réfugiés Hutu rwandais ne sera jamais résolue par des armes.

Général James Kabarebe1 – Notre mouvement citoyen suit avec beaucoup d’inquiétude les allégations persistantes depuis plusieurs semaines d’une possible nouvelle incursion de l’armée rwandaise sur le sol Congolais, avec l’accord voire à l’invitation du gouvernement Congolais. Nous avons recueilli plusieurs témoignages dans ce sens de paysans et d’autorités locales de plusieurs villages des territoires de Nyiragongo, Rutshuru et Masisi. D’expérience, nous savons que ce ne serait pas la première fois, et que les raisons avancées toutes les fois précédentes pour justifier une intervention de l’armée rwandaise sur le sol congolais demeurent quasi intactes, tout comme la facilité avec laquelle elle a pu intervenir par le passé, avec ou sans l’accord du gouvernement congolais.

2 – Ces allégations sont renforcées par la circonstance des déclarations et des résolutions signées à Kigali le 23 et le 24 septembre dernier, lors de la réunion des ministres Congolais et Rwandais de la défense, avec le concours des services des renseignements militaires respectifs des deux pays. Dans ces résolutions, les deux gouvernements affirment vouloir « renforcer la collaboration militaire » pour résoudre le problème des FDLR. Non seulement les modalités de cette collaboration sont inconnues, mais les Congolais, et les habitants du Nord-Kivu en particulier, ont fraîchement en mémoire les atrocités dont ils ont été les premières victimes lors des « opérations conjointes Umoja wetu » de 2009, qui ont causé plus de tort aux civils congolais qu’aux FDLR qu’elles étaient censées cibler.

3 – Nous voulons réaffirmer ici, de manière solennelle, à l’intention autorités de la RDC, des organisations de la sous-région et de la « communauté internationale » notre ferme opposition à toute nouvelle intervention de l’armée rwandaise sur le sol congolais, sous quelque prétexte que ce soit ; par quelque résolution que ce soit. La population du Nord-Kivu s’y opposerait par tous les moyens légitimes !

4 – Nous demandons à la CIRGL et à la MONUSCO, conformément à leurs mandats respectifs, d’enquêter sérieusement et immédiatement sur ces allégations persistantes de présence de l’armée rwandaise sur le sol congolais, en associant les autorités et la société civile congolaises, et de rendre public leurs conclusions.

5 – Le problème FDLR ne sera jamais résolu par les armes. Il faut qu’il y ait pour les FDLR, comme pour tous les autres groupes armés et rébellions, des alternatives crédibles à la traque armée. Les combattants et les réfugiés Hutu rwandais sont des êtres humains à part entière, qui ont le droit d’avoir des aspirations politiques dans leur pays. Penser que le fait pour le gouvernement rwandais de se déclarer toujours « prêt à les accueillir » et à « leur assurer une intégration socio-économique réussie » n’est pas seulement irresponsable, c’est une insulte à leur humanité. C’est comme leur dire : « allez chez vous, oubliez votre doit d’opinion, d’expression, d’association, … et contentez-vous de planter vos champs et de manger à votre faim ». Encore que même cela est relatif ! La « communauté internationale » doit absolument peser de tout son poids – et elle en a les moyens – auprès des autorités rwandaises pour qu’elles garantissent au minimum l’ouverture de l’espace politique, l’équité de la justice et le respect des droits fondamentaux, notamment les droits civils et politiques. C’est à cette seule condition que l’on pourra dire aux réfugiés rwandais qu’ils peuvent retourner dans leur pays sans crainte et à y exister politiquement pour ceux qui le souhaitent et à qui la justice n’a objectivement rien à reprocher.

6 – D’autres options pour les réfugiés rwandais et les combattants FDLR ayant déposé les armes (et à qui la justice ne reproche rien objectivement) existent et pourront être explorées. Mais le point de départ doit être la démarche énoncée ci-haut. La « communauté internationale » et toutes les parties impliquées doivent choisir entre le courage d’oser la seule solution durable, le péril de la résignation et l’irresponsabilité des demi-solutions. De leur choix dépendra la fin réelle et durable des violences récurrentes à l’Est de la RDC, où la présence des FDLR et des réfugiés rwandais est, à n’en pas douter, un considérable catalyseur.

Fait à Goma, le 08 octobre 2015.
Pour la LUCHA,
Ghislain Muhiwa,
Militant.

Notre déclaration citoyenne

Retour sur le meeting de « soutien à Joseph Kabila » ce mercredi à ‪#‎Goma‬ : Notre déclaration citoyenne.

A l’instar des manifestations organisées dans tout le pays depuis la fronde du « G7 », le gouverneur du Nord-Kivu, Monsieur Julien Paluku Kahongya, a organisé ce mercredi 7 octobre 2015 un « meeting populaire de soutien à Joseph Kabila ».

Après une marche de quelque 4km depuis l’aéroport de Goma, le gouverneur s’est adressé pendant deux heures à quelque 2.000 sympathisants et autres curieux rassemblés sur la voie publique sur la Place de la République (ex Esplanade de l’ONC), en plein centre-ville de Goma. Le meeting s’est terminé vers 13 heures locale.

Principales observations :

1. Grave abus d’autorité :

A travers des communiqués diffusés à la radio publique et sur d’autres médias privés de la place, la Mairie de Goma et le service du Protocole d’Etat (cabinet du gouverneur) ont exigé la fermeture de tous les marchés, commerces, services publics, entreprises et établissements publics, banques, etc. « jusqu’à la fin du meeting du gouverneur ». S’il est légitime pour le gouverneur, comme tout citoyen, de soutenir qui il veut, comme il veut, et de le manifester publiquement, il est par contre inadmissible d’user de sa position et des moyens de l’Etat dans cette démarche privée et partisane. En l’occurrence, le gouverneur Julien Paluku n’aurait pas dû recourir aux moyens de l’Etat (y compris les agents et fonctionnaires de l’Etat qui ont été enjoints de fermer leurs services pour aller l’attendre à l’aéroport depuis le matin, et ensuite participer à son meeting). Le gouverneur n’avait aucun droit d’ordonner ou faire ordonner la fermeture des activités privées et des marchés publics afin d’aller participer au meeting de son camp politique. C’est non seulement une violation grave du principe de la neutralité politique de l’administration publique, mais aussi une atteinte aux droits reconnus aux particuliers et une négation de la liberté d’opinion. Cela rappelle les tristes décennies du Parti-Etat et de la pensée unique.

2. Gaspillage des ressources de l’Etat et manques à gagner :

Toute cette mobilisation coûte de l’argent, et de l’argent du Trésor Public, alors que la province et le pays font face à de multiples problèmes et vivent sous perfusion internationale sur pratiquement tous les plans. Le projet de budget de l’Etat congolais pour 2016 est estimé à 8 milliards de dollar américain, soit autant que le budget annuel d’une seule université américaine ! Quant aux commerçants et autres « débrouillards » forcés de stopper leurs activités, leur manque à gagner est énorme. Ce qui implique là encore un manque à gagner pour l’Etat en termes de taxes et redevances sur les activités économiques. Tout cela pour une réunion partisane d’un camp politique !

3. Deux poids deux mesures :

Les rassemblements et manifestations pacifiques des organisations de la société civile comme notre mouvement citoyen ou encore ceux des partis d’opposition sont constamment « interdits » ou réprimés par les autorités. Celles-ci prétextent toujours des « raisons de sécurité » ou « l’ordre public ». En réalité, elles ne tolèrent pas, ou très rarement, toute opinion différente de la leur ni toute voix critique, et utilisent tous les moyens à leur disposition pour les étouffer ou les réprimer. Mais là, comme il s’agissait d’une manifestation de la coalition au pouvoir, qui défend une certaine idée à sa convenance, la police et les services de sécurité étaient tous en alerte maximum pour assurer un déroulement sans faute du meeting. Ils ont même fermé des voies entières à la circulation.

4. Une mobilisation très faible malgré tout :

En dépit de toutes les pressions exercées par les autorités et les services de sécurité sur la population ; en dépit des offres d’argent, de cadeaux, de transports gratuits pour inciter les gens à venir participer à la manifestation, il n’y avait que quelque mille cinq-cents personnes à ce meeting. Parmi eux des centaines de badauds payés pour tenir les drapeaux des partis politiques et donner une impression de « masse », et des simples curieux. Une présence remarquée, tout de même : une délégation et des drapeaux du CNDP (Congrès national pour la Défense du Peuple), la funeste rébellion, ancêtre du M23. Ces deux rébellions ont, dans un passé très récent, endeuillé la province du Nord-Kivu, et leurs actions étaient présentées par Julien Paluku comme la raison principale de la non-tenue des promesses électorales de Joseph Kabila et sa « majorité » à la population congolaise.

5. Un discours purement politicien et irresponsable :

Le discours du gouverneur Julien Paluku, comme les autres membres de la « majorité » qui ont pris la parole, n’a consisté qu’en des accusations et des insultes contre les membres du « G7 », ainsi qu’en des louanges envers le président Joseph Kabila qui serait un « grand patriote qui a refusé la balkanisation du pays », un « grand démocrate qui a permis l’organisation d’élections dont les opposants se prévalent aujourd’hui », etc. Alors que des bombardements des hélicoptères de la Monusco près de Pinga (territoire de Walikale, Nord-Kivu) ont fait lundi et mardi plusieurs victimes parmi la population civile, aucun mot pour elles. Aucun mot non plus pour les compatriotes de Beni massacrés sauvagement et continuellement depuis un an déjà, sans que les responsables de ces massacres soient clairement identifiés, traqués, et empêchés de poursuivre leur sale besogne. Aucun mot sur la psychose en cours dans plusieurs parties de la province, à la suite d’allégations persistantes d’une possible nouvelle invasion de l’armée rwandaise sur le sol Congolais, avec la bénédiction du gouvernement. Aucun mot sur l’insécurité récurrente à Goma qui fait chaque nuit de nouvelles victimes, ou encore sur les problèmes d’eau, d’électricité, de routes de la province, etc. Enfin, aucun mot concret pour ce « messager du président de la République » pour rassurer la population de la tenue effective d’élections transparentes dans le respect des délais constitutionnels, et sans Joseph Kabila qui est à la fin de son dernier mandat constitutionnel. Un signe non seulement de mépris pour ses administrés, mais aussi et surtout une preuve d’inconséquence et d’irresponsabilité.

Au regard de tout ce qui précède, nous :

1. Dénonçons la dérive autoritaire digne des régimes de parti et de pensée uniques, et demandons au gouverneur ainsi qu’aux autres autorités à tous les niveaux (y compris au niveau national) de mettre fin à de tels agissements anti-démocratiques, surtout en cette période pré-électorale.

2. Félicitons la population de Goma pour sa maturité et son comportement digne, et l’encourageons à continuer à être première garante de ses droits et libertés si méprisés par les politiciens.

3. Constatons que les « soutiens » à Joseph Kabila exprimés jusqu’ici tentent d’opposer la loyauté à sa personne à une loyauté supérieure et non-exclusive à la constitution de la République. A notre connaissance (et loin de nous l’intention de prendre fait et cause pour eux), les membres du G7 et Monsieur Moïse Katumbi ont juste demandé des garanties que le président Kabila respectera la constitution, et dénoncé un certain nombre de faits faisant croire qu’il existe une stratégie de réviser ou de ne pas respecter la constitution. Leurs inquiétudes, partagées par un grand nombre de Congolais, mériteraient des réponses sans ambiguïté, plutôt que des exclusions et des attaques.

4. Regrettons le gaspillage des ressources de l’Etat et la corruption qui l’accompagne, au nom d’intérêts partisans et égoïstes, alors que le pays a besoin de faire des économies pour notamment financer ses élections.

5. Exhortons le président Joseph Kabila, « garant de la Constitution », à honorer son serment en mettant un terme à toutes ces dérives faites pour et en son nom, et en assurant publiquement le Peuple Congolais de sa détermination de quitter pacifiquement et à temps le pouvoir. Ca ne lui coûte rien de s’exprimer solennellement et clairement. Par contre son silence et ses demi-mots risquent de coûter trop cher à cette Nation, qui a déjà payé un lourd tribut pour s’aligner sur le rail encore fragile de la démocratie.

Fait à Goma le 7 octobre 2015.

Pour la LUCHA,
Parfait Muhani et Phoïbe Kahambu
Militants.

Congolese author dedicates book to Fred Bauma and Lucha

A Congolese author dedicated his book to Fred Bauma and the citizen movement La Lucha.

[quote]I dedicate this book to Fred Bauma and his Lucha colleagues for the sacrifices they have borne. »[/quote]

Thank you for this sign of recognition, dear Felicien Maisha.

Fred, Yves, your sacrifice is not in vain. You continue to inspire and serve as models for millions of young Congolese. You can be proud of yourself! As for freedom, you will return to it soon. This is a certainty…

For the Congo, are fighting by our voices, our arms, our courses, our pens, our blood! The Congo has that we, his daughters and his sons, to recover and dignifying.

Has the Lucha!

dedication

Un auteur congolais dédie son livre à Fred Bauma et au Lucha

Un auteur congolais dédie son livre à Fred Bauma et au mouvement citoyen @luchaRDC. Merci pour ce signe de reconnaissance, cher Félicien Maisha.

Fred, Yves, votre sacrifice n’est pas vain. Vous continuez d’inspirer et de servir de modèles à des millions de jeunes Congolaises et Congolais. Vous pouvez être fiers de vous ! Quant à la liberté, vous la recouvrirez bientôt, c’est une certitude…

Pour le Congo, luttons par nos voix, nos bras, nos cœurs, nos plumes, notre sang ! Le Congo n’a que nous, ses filles et ses fils, pour se relever et se dignifier.

A la Lucha !

dedication

Hommage au Dr Oscar Mastaki, enseignant à l’ULPGL

Hommage au Dr Oscar Mastaki, enseignant à l’ULPGL, N-ième victime de l’insécurité organisée par les autorités à Goma.

Monsieur Oscar Mastaki (42 ans), enseignant à l’Université Libre des Pays des Grands-Lacs (ULPGL) a été porté en terre ce mardi 6 octobre 2015 au début de l’après-midi. Il a été tué par balle la soirée de dimanche 4 octobre par des « hommes armés non autrement identifiés », alors qu‘il partageait un verre avec des amis dans un bistrot au quartier Katoy.

Des cas de meurtres, assassinats, vols, braquages, enlèvements, incendies criminels, … sont malheureusement très courants dans la ville de Goma, prétendument « ville touristique » et « vitrine du Nord-Kivu ». Le comble c’est que les autorités ne font pas grand chose pour remédier à ce problème, comme si toutes ces vies perdues ne valaient rien. Chaque jour, chaque nuit que Dieu fait, des morts sont par balle sont recensées. Souvent les éléments de l’armée ou de la police, actifs ou « démobilisés », sont auteurs de ces crimes. Souvent aussi, les autorités parlent « d’homme armés non autexpriment leurs opinions, critiquent l’action (ou l’inaction) ou la complicité des autorités, bref, exercent leur simple droit d’opinion et d’expression.

C’est dans ce contexte qu’un officier à la réputation sulfureuse, en la personne du Colonel Blaise Dimundi (PNC) vient d’être installé officiellement comme nouveau commandant de la Police pour la commune de Karisimbi. Cet officier a été chassé par la population de la ville de Butembo, toujours au Nord-Kivu, qui l’accusait de crimes de sang, de crimes économiques, de brutalité et d’autres actes graves contre la population. Ce genre de décisions ne peut être interprété que comme une défiance vis-à-vis de la population, et une volonté expresse de participer à son malheur.

Le gouverneur et les autres responsables de la province et de la ville sont avertis. Cette situation ne va pas durer indéfiniment. L’heure vient où la population va s’assumer.

Nous demandons déjà au Commissaire provincial de la PNC de relever immédiatement son Colonel Blaise Dimundu, dont la place est en prison et non dans la commune de Karisimbi. S’il l’aime tellement, il n’a qu’à en faire son garde personnel…

Les étudiants de l’ULPGL, parmi lesquels se trouvent plusieurs militants actifs de la LUCHA, organisent un sit-in au gouvernorat du Nord-Kivu le jeudi 8 octobre 2015, pour dénoncer l’insécurité à Goma et la léthargie des autorités pour y mettre fin. Nous appelons tous les habitants de Goma, spécialement toute la communauté estudiantine, à se mobiliser à leurs côtés afin de faire entendre notre exaspération.

Enfin, la LUCHA présente ses sincères condoléances à la famille et aux proches de M. Oscar Mastaki, à tous les camarades étudiants de l’ULPGL et toute la ville de Goma.

Le Congo va changer…avec sa jeunesse éveillée et déterminée !rement identifiés », comme si ce n’était pas leur responsabilité de s’assurer que seules les forces de l’ordre ont des armes et s’en servent pour protéger les citoyens, et non pour attenter à leur vie et leurs droits. Dans tous les cas, ces mêmes autorités (les appeler ainsi est déjà un abus de terme !) promettent des enquêtes, des poursuites, etc., qui aboutissent très rarement.

Face à cette situation, il n’est pas rare que la population se rende justice en tuant des voleurs et des tueurs chaque fois qu’elle arrive à les attraper. Malheureusement il arrive aussi que des innocents fassent les frais de cette « justice populaire ».

Pourtant l’ANR, l’armée, la police, la « Justice » sont en permanence à la chasse contre de paisibles citoyens qui

Rumeurs ou pas, nous ne voulons pas d’une nouvelle aventure Rwandaise sur le sol congolais

Manifestation ce vendredi à Goma pour le rappeler haut et fort au gouvernement et à la « communauté internationale », et pour appeler à une solution efficace et définitive au problème des FDLR et des réfugiés rwandais dans notre pays.

Agenda :
– Mercredi 7 octobre, publication d’une déclaration relative à cette question et début de la mobilisation de la population pour cette manifestation.
– Vendredi 9 octobre: manifestation pacifique à Goma (le lieu, heure et autres modalités seront portés à votre connaissance ultérieurement).

Congolaises, congolais, amis de la RDC : rejoignez-nous pour dire NON et NON à une Nème aventure de l’armée rwandaise sur le sol Congolais ! Notre mobilisation pacifique sera notre force. Rester entrain de nous plaindre chacun dans son coin ne va pas changer les choses.

Plus nous serons nombreux pour cette action, plus nous enverrons un message fort à quiconque songerait, même dans ses rêves, à ramener l’armée rwandaise dans le Kivu, sous quelque prétexte que ce soit. Nous avons l’expérience, les pires choses dans le Kivu commencent toujours comme des « rumeurs » avec des démentis et des minimisations des autorités, jusqu’à ce qu’elles dégénèrent…

AVERTISSEMENT : La LUCHA prône le respect mutuel et la dignité pour tous les humains et tous les peuples. Cette action ne peut et ne doit en aucun cas servir de prétexte pour véhiculer des messages de haine envers un groupe ou un pays.

Pour tout contact :
Tel: +243 99 4645 977
Email: lucha.rdc@gmail.com
Ou un message sur cette Page Facebook.

La jeunesse congolaise est éveillée, plus rien ne sera comme avant !

Il vaut mieux tard que jamais: après les Kamitatu, Lumbi… Moïse Katumbi…

Il vaut mieux tard que jamais : après les Kamitatu, Lumbi…, Moïse Katumbi rejoint (en actes) les « loyaux » à la Raison et aux Principes, et prend définitivement ses distances avec les « loyaux » à leur ventre (prétendument « loyaux » à un homme).

Moïse KatumbiTout en reconnaissant un certain courage dans ces prises de position et cette vague inédite de démissions des collaborateurs du président Kabila, il va falloir qu’ils démontrent qu’ils ne quittent pas seulement un camp (pour sauver leur « avenir politique »), mais qu’ils quittent surtout une manière de concevoir et de gérer l’Etat, dont notre Peuple ne veut plus. (Corruption, culte de la personnalité, détournements, opacité, irresponsabilité, arbitraire, violence, etc.). S’ils sont sincères, ils doivent présenter des excuses à la Nation, et cesser de se présenter comme des héros tout faits. Quant aux « opposants », c’est pareil pour la plupart d’entre eux. Ils cherchent leur tour de saigner la République. Eh bien, le Peuple ne leur donnera pas carte blanche non plus. Il faut que « l’alternance » cesse d’être le départ de Kabila, mais vraiment une alternance fondamentale dans la conduite et la gestion des affaires publiques. Le départ de Kabila ne peut pas être en soi un projet de société. Il faut que ce soit bien plus qu’un changement d’hommes, ou de régime, mais un retour aux valeurs qui font la grandeur des Nations démocratiques.

Le Peuple congolais est historiquement un Peuple clément. Mais il ne le sera pas indéfiniment. Soutenir le président Kabila, lui être loyal, etc., c’est un choix libre que nous respectons. Ce qui est inacceptable, c’est cette impression que certains donnent que ce soutien et cette loyauté au président est au-dessus du respect que tout le monde doit aux principes démocratiques et à la Loi Fondamentale de la République. Ceux qui persévèrent dans cette erreur doivent savoir qu’il y aura un moment de non-retour (voyez le sort des « loyaux » à Blaise Compaoré au Burkina, quand il voulait changer la constitution à tout prix, pour se maintenir au pouvoir).

Nous espérons encore que le président Kabila lui-même finira par prendre sa distance avec les petits flatteurs autour de lui. De toutes façons le Peuple ne lui laissera pas le choix !

Vive le changement !