LUCHA

Actualités


« Affaire 15 millions : un militant de la LUCHA verbalisé par le parquet près la Cour de Cassation »


Publié le : 18 novembre, 2019 à 02:25 | |


Le mercredi 13 novembre 2019, un militant de la LUCHA a été verbalisé pendant plus de trois heures au parquet près la Cour de Cassation pour avoir osé poser des questions embarrassantes au Procureur Flory Kabange Numbi sur la prétendue enquête dans l’affaire des 15 millions.

Délégué par notre mouvement pour s’enquérir auprès du Procureur près la Cour de Cassation sur l’état d’avancement de l’enquête que son office est censé mener depuis plus de trois mois dans cette affaire emblématique de détournement, le camarade Bienvenu Matumo avait rencontré, le mardi 12 novembre, l’Avocat-général Firmin Mvonde. Ce dernier ne disposant pas d’informations sur l’enquête en question, il lui avait demandé de revenir le lendemain pour s’entretenir directement avec le Procureur général en personne.

Le mercredi 13 novembre, le camarade Bienvenu a rencontré Monsieur Kabange Numbi comme prévu. S’étant présenté, il a exposé notre démarche consistant à savoir où en est l’enquête censée être menée depuis fin juillet 2019 sur saisine de l’Inspection générale des Finances, et quelles sont les mesures prises, même à titre conservatoire, pour récupérer cet argent et empêcher que les responsables n’échappent à la justice ou n’interfèrent dans l’enquête. Il a notamment rappelé au Procureur que les personnes impliquées dans ce détournement sont connues et que nous ne comprenons pas pourquoi cela prend autant de temps pour les arrêter, les traduire devant un tribunal et obtenir leur condamnation ainsi que la restitution de l’argent volé à la République. Il a aussi rappelé le nombre d’affaires dans lesquelles la justice a toujours prétendu enquêter sans que la population en connaisse l’issue, en particulier lorsque les personnes mises en cause occupent de hautes fonctions. Il a enfin rappelé que le secret de l’instruction pré-juridictionnelle dont se prévalent souvent les acteurs judiciaires n’est pas incompatible avec l’exigence de transparence et de reddition des comptes vis-à-vis de la population car la justice est censée être à son service.

Embarrassé par toutes ces questions et incapable d’y apporter la moindre réponse, le procureur général s’est alors emporté. « Qui êtes-vous pour me demander des comptes ? » « Pour qui vous prenez-vous ? » « Qui vous a envoyé ? » « Tu es vraiment Congolais, toi ? » « Quel est votre intérêt dans cette affaire ? » Il était dans tous ses états ! Il a ainsi instruit un avocat-général d’auditionner le camarade Bienvenu Matumo. Emmené dans un autre bureau, il a été interrogé sur son identité, sur la LUCHA et les personnes qui la financeraient, etc. Des questions auxquelles il a répondu sereinement. Après quoi il a été prié de partir sans obtenir la moindre réponse concrète, sinon que l’enquête se poursuivrait et qu’elle est couverte par le secret total.

La LUCHA dénonce les paroles et les actes indignes du Procureur Flory Kabange. Les intimidations et le chantage sont des méthodes de répression qui ne peuvent pas nous faire baisser le bras. Cet incident est la preuve, pour ceux qui en doutaient, que l’enquête judiciaire promise dans cette affaire n’est encore pour le moment que de l’enfumage, avec l’espoir qu’avec le temps qui passe l’opinion publique puisse oublier et passer à autre chose, comme toujours. Cette affaire, c’est l’arbre qui cache la forêt. Nous appelons les Congolais à maintenir la pression jusqu’à ce que cet argent soit restitué et toutes les personnes impliquées jugées. Ce sera un bon point de départ dans la longue marche contre la banalisation de la corruption et l’impunité ! Nous rappelons également la responsabilité personnelle du président de la République : son crédit aux yeux de l’opinion nationale et internationale en matière de lutte contre la corruption et d’instauration de l’Etat de droit est largement tributaire du dénouement de cette affaire.

En fin, nous demandons au procureur général de faire une mise au point sur l’évolution de ces enquêtes et de dire aux citoyens congolais la vérité. Son comportement lors de la rencontre avec notre camarade, nous inquiète sur sa sincérité dans cette affaire.

Fait à Kinshasa, le 15 novembre 2019

Pour la LUCHA

La Cellule de Communication.


Restez connecté