MANIFESTATION ce vendredi 9/10/2015 à ‪‎Goma‬ contre intervention Rwandaise

Mise en ligne le 9 octobre, 15 à 00:12


MANIFESTATION ce vendredi 9/10/2015 à ‪#‎Goma‬ contre intervention Rwandaise en RDC.

Lisez notre déclaration ci-dessous.

Rappel : La manifestation pacifique se tiendra devant le quartier général de la Monusco à Goma (vers le lac, où opère Radio Okapi) à partir de 8h30. Rejoignez une jeunesse qui refuse de subir l’histoire de son pays, mais est déterminée à en être un acteur incontournable ! L’avenir de notre pays s’écrit maintenant, unissons-nos forces pour l’écrire ensemble, par nous-mêmes !

Besoin de contact ? Nos coordonnées se trouvent ci-dessous.

Photo : le Général James Kabarebe, ancien Chef d’Etat-major de l’armée rwandaise et actuel ministre de la défense du Rwanda. Responsable de multiples crimes graves sur le sol Congolais.

Téléchargez cette déclaration en PDF ici : https://drive.google.com/…/0B0r114rrPo25RlVqeUttdS13d…/view…

———————————————————

 

DECLARATION n°45/102015

La problématique des FDLR et des réfugiés Hutu rwandais ne sera jamais résolue par des armes.

Général James Kabarebe1 – Notre mouvement citoyen suit avec beaucoup d’inquiétude les allégations persistantes depuis plusieurs semaines d’une possible nouvelle incursion de l’armée rwandaise sur le sol Congolais, avec l’accord voire à l’invitation du gouvernement Congolais. Nous avons recueilli plusieurs témoignages dans ce sens de paysans et d’autorités locales de plusieurs villages des territoires de Nyiragongo, Rutshuru et Masisi. D’expérience, nous savons que ce ne serait pas la première fois, et que les raisons avancées toutes les fois précédentes pour justifier une intervention de l’armée rwandaise sur le sol congolais demeurent quasi intactes, tout comme la facilité avec laquelle elle a pu intervenir par le passé, avec ou sans l’accord du gouvernement congolais.

2 – Ces allégations sont renforcées par la circonstance des déclarations et des résolutions signées à Kigali le 23 et le 24 septembre dernier, lors de la réunion des ministres Congolais et Rwandais de la défense, avec le concours des services des renseignements militaires respectifs des deux pays. Dans ces résolutions, les deux gouvernements affirment vouloir « renforcer la collaboration militaire » pour résoudre le problème des FDLR. Non seulement les modalités de cette collaboration sont inconnues, mais les Congolais, et les habitants du Nord-Kivu en particulier, ont fraîchement en mémoire les atrocités dont ils ont été les premières victimes lors des « opérations conjointes Umoja wetu » de 2009, qui ont causé plus de tort aux civils congolais qu’aux FDLR qu’elles étaient censées cibler.

3 – Nous voulons réaffirmer ici, de manière solennelle, à l’intention autorités de la RDC, des organisations de la sous-région et de la « communauté internationale » notre ferme opposition à toute nouvelle intervention de l’armée rwandaise sur le sol congolais, sous quelque prétexte que ce soit ; par quelque résolution que ce soit. La population du Nord-Kivu s’y opposerait par tous les moyens légitimes !

4 – Nous demandons à la CIRGL et à la MONUSCO, conformément à leurs mandats respectifs, d’enquêter sérieusement et immédiatement sur ces allégations persistantes de présence de l’armée rwandaise sur le sol congolais, en associant les autorités et la société civile congolaises, et de rendre public leurs conclusions.

5 – Le problème FDLR ne sera jamais résolu par les armes. Il faut qu’il y ait pour les FDLR, comme pour tous les autres groupes armés et rébellions, des alternatives crédibles à la traque armée. Les combattants et les réfugiés Hutu rwandais sont des êtres humains à part entière, qui ont le droit d’avoir des aspirations politiques dans leur pays. Penser que le fait pour le gouvernement rwandais de se déclarer toujours « prêt à les accueillir » et à « leur assurer une intégration socio-économique réussie » n’est pas seulement irresponsable, c’est une insulte à leur humanité. C’est comme leur dire : « allez chez vous, oubliez votre doit d’opinion, d’expression, d’association, … et contentez-vous de planter vos champs et de manger à votre faim ». Encore que même cela est relatif ! La « communauté internationale » doit absolument peser de tout son poids – et elle en a les moyens – auprès des autorités rwandaises pour qu’elles garantissent au minimum l’ouverture de l’espace politique, l’équité de la justice et le respect des droits fondamentaux, notamment les droits civils et politiques. C’est à cette seule condition que l’on pourra dire aux réfugiés rwandais qu’ils peuvent retourner dans leur pays sans crainte et à y exister politiquement pour ceux qui le souhaitent et à qui la justice n’a objectivement rien à reprocher.

6 – D’autres options pour les réfugiés rwandais et les combattants FDLR ayant déposé les armes (et à qui la justice ne reproche rien objectivement) existent et pourront être explorées. Mais le point de départ doit être la démarche énoncée ci-haut. La « communauté internationale » et toutes les parties impliquées doivent choisir entre le courage d’oser la seule solution durable, le péril de la résignation et l’irresponsabilité des demi-solutions. De leur choix dépendra la fin réelle et durable des violences récurrentes à l’Est de la RDC, où la présence des FDLR et des réfugiés rwandais est, à n’en pas douter, un considérable catalyseur.

Fait à Goma, le 08 octobre 2015.
Pour la LUCHA,
Ghislain Muhiwa,
Militant.


Youtube


Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /nfs/c06/h07/mnt/155100/domains/luchacongo.org/html/wp-content/themes/lucha relook final/include-autre-menu.php on line 31

Retrouver la LUCHA sur

Contactez-nous

Nous organisons & mobilisons les Congolais(es) à la base pour défendre nos droits & notre dignité, dans la non-violence.


Nous (re)joindre :

  • 📞Wtsp +243 974233390

  • Mail : lucha.rdc@gmail.com

  • Mail : info@luchacongo.com

  • www.facebook.com/lucha.rdcongo

  • Twitter : @luchaRDC

Copyright (c) 2017 lucha All Rights Reserved.